L’OMBRE DU ZÉBRE N’A PAS DE RAYURES

265 pages de José ESCUDERO
L’OMBRE DU ZÉBRE N’A PAS DE RAYURES José ESCUDERO
Synopsis

En ce matin du 28 septembre 2028, Daniel, brillant informaticien chez Yukon — multinationale high-tech — est sur le point de révolutionner le monde de l’Intelligence Artificielle.
Cette journée va virer au cauchemar lorsqu’un terroriste va le contraindre à faire collaborer la conscience cybernétique qu’il développe pour perpétrer son attentat, sans quoi, sa femme séquestrée chez elle par un complice, risquerait d'en pâtir.

Cette fiction scientifique d’anticipation, avec en arrière-plan la crise humanitaire actuelle des Rohingyas, offre une vision plausible de ce que sera notre quotidien de demain. La surveillance et la manipulation des masses que nous prépare la recherche sur les calculateurs quantiques et l’Intelligence Artificielle, auront-ils raison de notre libre arbitre ?

Publié le 08 Février 2022

Les statistiques du livre

  1204 Classement
  37 Lectures 30 jours
  325 Lectures totales
  +161 Progression
  20 Téléchargement
  3 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

2 commentaires
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Jack50, merci d’avoir laissé un commentaire et merci d’avoir lu mon texte. Désolé qu’il n’ai pas été à la hauteur de vos attentes (surtout si vous l’avez lu jusqu’au bout?).
Je me suis bien amusé à écrire cette histoire et je regrette que cela ait été moins amusant pour vous. Si un jour je me relance dans un projet d’écriture de roman, j’y réfléchirai à deux fois, je m’arrêterai peut-être juste après le titre du coup ;)
Ou bien j’irai vendre de belles oranges pas chères.

Publié le 21 Février 2022

54321. 5* pour le titre, juste parfait. 4* pour le sujet qui en est un, vraiment, 3* pour le pitch, ni teaser ni pas tdeaser, 2* pour le texte, ça n’avance pas, vous nous perdez dans des banalités qui je n’en doute pas ont pour but de donner de la crédibilité à votre IA mais qui sont pénibles à lire tant on n’apprend rien, 1* parce que c’est trop dommage. Comme on dit à NY, cut the crap. (ps. On dirait que vous avez écrit le scénario d’une série avec des détails très visuels - genre la porte arrière coulissante d’un imposant monospace anthracite aux vitres teintées ; le SUV…. – le suv aurait suffit, on aurait déduit tout le reste. Ça me rappelle l’histoire de Fernand Reynaud que ma grand-mère me racontait l'été quand elle me faisait travailler "ici on vend des belles oranges pas chères")

Publié le 20 Février 2022