Quel culot !

7 pages de Philippe De Vos
Quel culot ! Philippe De Vos
Synopsis

Publié en 2020, ce texte est issu d'un collectif qui plancha, ici-même, sur la lecture et l'enfance. Passager clandestin de ce collectif, je le publie à nouveau, seul, sous mon nom !
Bonne lecture à tous.
Philippe

Publié le 03 Juin 2022

Les statistiques du livre

  620 Classement
  61 Lectures 30 jours
  223 Lectures totales
  +27 Progression
  0 Téléchargement
  2 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

3 commentaires , 3 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@galodarsac Bonjour et merci pour cette nouvelle lecture. Lorsque ce texte avait été publié ici une première fois, j'avais compris qu'il parlait à beaucoup de monde car, effectivement, que l'on soit culot ou non, lorsque l'on est enfant, on part à la chasse au(x) trésor(s). L'un d'eux, et pas des moindres, ce sont ces livres illustrés que l'on commence à regarder parce que l'on ne sait pas lire, et qu'ensuite on redécouvre dans l'apprentissage de cette lecture. Et après la gourmandise, il y a aussi le graphisme de ces "vieux" bouquins, graphisme que l'on aimerait parfois retrouver aujourd'hui. De la nostalgie ? Pas seulement. Ils étaient bons, ces "vieux" bouquins !
Je suis comme vous : j'enrage (ça c'est moi qui l'ajoute) de la "disparition" de certains livres. Où sont-ils ? Du coup, dans des foires aux livres, il m'arrive de retomber par hasard sur l'un de ces bouquins disparus et, cette fois, par nostalgie, je l'achète.
Philippe

Publié le 20 Juin 2022
5
Beau témoignage de "culot", que l'aîné que je suis dévore avec curiosité ! Pourtant j'ai connu un peu la même émotion devant de très vieilles BD que feu mon père, cadet lui-même, avait héritées de son aîné: des trésors des années 20/30 sur papier cartonné sentant le vieux, disparus depuis Dieu sait où ! Merci pour ce beau témoignage. Bien à vous -LGA
Publié le 20 Juin 2022

@FANNY DUMOND
Eh ! Bonjour Patricia. Merci de m'accorder encore de votre temps dans la lecture de mes textes. Celui-ci date effectivement d'une époque révolue, d'un collectif disparu. Cependant, il a eu le mérite d'exister. Afin de cacher mon identité de Jacques Collin, à l'époque, il a fallu que je m'embarque clandestinement dans cette aventure. Un ensemble de textes, hélas, désactivé aujourd'hui, ce qui me pousse à représenter le mien.
Les premiers pas dans la lecture sont essentiels et je ne saurais trop conseiller les parents d'inonder leurs enfants de livres. Les éditeurs savent mettre en scène ces livres avec de belles illustrations qui font rêver et font courir l'imagination des enfants. Tout cela les transporte vers le texte et le goût de la littérature se glisse dans l'esprit sans effort. La lecture ne doit pas être un effort. C'est aussi pour cela que je m'efforce d'avoir une écriture"fluide" comme me disent beaucoup de mes lecteurs. Et aussi, apprendre deux trois petites choses au passage sous la forme d'un roman ou d'une nouvelle, c'est aussi pas mal. Qui s'intéresserait à la révolution, plutôt l'insurrection de 1832 si Victor Hugo ne l'avait pas immortalisée dans les Misérables, par exemple ?
Je vous souhaite une bonne journée… j'ai appris que la nature auvergnate s'était déchainée hier soir. J'espère que tout va bien pour vous, pas trop de dégâts…
Philippe

Publié le 05 Juin 2022
5
Bonsoir@Philippe De Vos Quelle surprise !!! Je me souviens très bien de ce texte pour lequel j'avais eu un gros coup de cœur parce que je m'étais reconnue dans le petit culot, sa soif de savoir lire avant le CP, dans ses premiers pas dans la lecture, pour son grand amour des livres, ses amis et de sa curiosité ! Une belle immersion dans son enfance entourée de sa famille. Je l'ai relu avec un grand plaisir, alors un grand merci à vous de l'avoir sorti de l'ombre. Une très bonne idée ! Patricia
Publié le 04 Juin 2022

@Mary Montcalm
Bonjour et merci de m'avoir laissé un commentaire.
Entre culots, on se salue donc.
Effectivement, pour certains d'entre nous, la lecture passe par l'enfance. Et on ne lit pas toujours le (les) livres de notre âge. Il se peut que quelques uns se glissent dans la pile et que, sans ce "hasard", on n'aurait pas eu l'idée de les lire. C'est le cas de ces encyclopédies et de ces médecines !
Pour "viol plané" : dommage que vous ne soyez pas allée jusqu'au bout, vous auriez su quel sort avait été réservé à Jean-Mich' et quelle vengeance diabolique il avait subie.
Sinon, mon dernier né (mais c'est un roman, donc il faut plus de temps pour lire), c'est "La librairie des bannis". Parmi tous mes textes, c'est un inédit.
Ou bien, un plus court, si ça vous intéresse : La proie pour l'ombre (une nouvelle), une écriture très différente de "Viol plané".

Publié le 04 Juin 2022
5
J'ai commencé par lire "Viol plané" et je n'ai pas été au bout. Mais comme j'ai bien aimé votre écriture, un peu brouillonne, rigolote, j'ai ouvert ce texte et je l'ai apprécié car il m'a rappelé des souvenirs. Je suis aussi "un culot" (la troisième et dernière) et j'ai récupéré les affaires de mes frères aînés. J'ai lu leurs livres, j'ai eu leurs jouets, et mon père collectionnait les encyclopédies. Je passais un temps fou dans son encyclopédie médicale, à tel point qu'on croyait que j'allais finir médecin (ou infirmière). Alors votre texte m'a ramené à cette époque de bons souvenirs.
Publié le 04 Juin 2022