Labrume et le cadavre sans tête

12 pages de Philippe De Vos
Labrume et le cadavre sans tête Philippe De Vos
Synopsis

Un corps en morceaux est retrouvé dans la canal Saint-Martin en train d'être curé. Manque la tête !

Publié le 27 Juin 2022

Les statistiques du livre

  732 Classement
  61 Lectures 30 jours
  271 Lectures totales
  -1 Progression
  0 Téléchargement
  2 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

8 commentaires , 4 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Eric BEAUME
Ah ! La lecture des livres de poche… Tiens, il y a un article de mBS dessus. Je suis allé à une foire aux livres d'occasion il y a un peu plus d'un mois et j'en ai acheté une quinzaine. 1€ le livre. J'ai choisi des bouquins que je n'aurais sans doute pas achetés neufs, mais à ce prix là, on se permet de prendre quelques risques ! Et des fois, on tombe sur des pépites. C'est vrai que l'été est propice à la lecture et qu'en ce moment, lire sur écran dehors est assez impossible : chaleur, reflets. Et puis on trainasse le matin, etc. Mais ne vous inquiétez pas, je reviendrai vers vous pour discuter de vos nouvelles.
Moi, après en avoir déposé par paquets de 7 ou 8 dans un même recueil, je me suis aperçu que les lecteurs, ici, lisait plus facilement si on les mettait à l'unité. C'est une sensation qui vient de mon expérience sur mBS.
Mais évidemment, ça demande, soit de prendre un abonnement de 15€/mois sur mBS pour toutes les garder en ligne, soit de créer moult comptes, soit de les retirer au bout d'un certain temps.
À bientôt
Philippe

Publié le 19 Juillet 2022

@Philippe De Vos
Tout est chronophage de nos jours, nous aurions besoin de bien plus de temps pour faire ce que nous voulons le plus. La lecture et l'écriture étant deux passions qu'il faut souvent mettre de côté, surtout en ces temps de vacances scolaires où l'on doit occuper ses enfants. Privé d'ordinateur durant quelques jours, je me suis rabattu sur les livres de poche... Dernières lectures... Petit pays de Gaël Faye (simple mais puissamment cruel sur le génocide rwandais) ainsi que Le parfum des fleurs la nuit de Leïla Slimani, superbe livre sur la création littéraire, où chaque écrivain se reconnaîtra forcément. De plus une écriture toute en douceur.
Oui, il n'y a rien de plus dur que de s'autocensurer.
Merci de votre intérêt pour mes textes, j'espère qu'ils vous plairont. N'hésitez pas à me dire lesquels ont eu le plus d'impact sur vous. Au plaisir d'en discuter à nouveau.
Et j'irai bien sûr, lorsque mon emploi du temps me le permettra à nouveau, lire ce que j'ai mis de côté dans ma bibliothèque. Je ne manquerai pas de laisser un petit commentaire ;-)
A bientôt donc.

Publié le 19 Juillet 2022

@Eric BEAUME
D'abord, merci de ce second retour. Il est vrai que la lecture est chronophage et l'écriture, pareillement. Lorsqu'on écrit, on ne voit vraiment pas le temps passer.
Bon courage pour votre roman qui se passe en Auvergne. La nouvelle que j'avais écrite m'avait permis de m'immerger un temps dans cette région, de relever quelques détails géographiques, culturels, historiques, etc. Écrite il y a plus de dix ans, je l'ai postée ici l'année dernière. Entre temps, j'ai élagué pas mal afin de ne pas tomber dans le piège du guide touristique. Il est vrai que lorsqu'on accumule un "savoir" sur un sujet, on a envie de tout restituer au lecteur, et cela peut devenir indigeste. Parfois un crève-coeur, cet élagage, mais salvateur pour le lecteur. Ensuite, il y a de ces livres où le décor est aussi un "personnage". Mais même là, on peut être sobre. À mon avis ! naturellement.
Pour la poésie, il y a deux, trois poètes qui s'en tirent pas mal ici. Ils déposent des textes assez régulièrement. J'apprécie la poésie, mais je suis un piètre poète moi-même.
Philippe
J'ai téléchargé vos nouvelles et je les lirai dans la semaine… Emploi du temps chargé ces deux jours, mais j'ai plus de temps en fin de semaine. À bientôt sur votre page, donc.

Publié le 11 Juillet 2022

@Philippe De Vos
Bonjour Philippe,
je suis complètement d'accord pour le symbole de la tête ;-) J'ai une histoire sur la peine de mort dans mon recueil, qui va un peu dans ce sens.
Pour ma bibliothèque, elle se remplit plus que j'ai le temps de lire. Mais c'est un bon moyen pour ne pas oublier les textes qui me semblent les plus intéressants. Pour l'instant, je suis plus sur les nouvelles. Ce sont des textes qui peuvent être pris indépendamment les uns des autres, et que l'on peut lire ici-même sur le site, quand on a une petite demi-heure devant soi. Ayant écrit moi-même un recueil de nouvelles, j'essaie, à la lecture des textes du site, de confronter mon style à celui des autres, et de décortiquer le processus d'écriture d'un texte qui m'a plu, pour, non pas le copier, mais plus ou moins m'en inspirer pour de nouvelles histoires. J'essaie d'écrire ce que j'aime lire.
Pour l'écriture, c'est aussi compliqué pour moi que la lecture. Le manque de temps me fait mettre de côté l'écriture de mon roman (qui se passe en Auvergne également, d'où mon intérêt pour une autre de vos nouvelles) pour l'écriture, plus rapide et immédiate de textes courts. Je recherche donc les nouvelles, et aussi la poésie, mais c'est une autre histoire. J'imagine que beaucoup de gens font la même chose finalement.
Pour "l'écriture simple", je vous rejoins totalement, et ce n'est en aucun cas une critique, puisque c'est aussi un style d'écriture que je pratique. J'estime, pour ma part, qu'un texte n'a pas besoin de trop de descriptions, et qu'il faut faire confiance au lecteur pour qu'il choisisse lui-même les détails visuels d'un décor, décrits sommairement par l'auteur. Il faut trouver le juste milieu, je pense. Ni trop, ni trop peu. C'est pour cela que j'aime bien votre style. Le mien n'est pas si éloigné. Qui se ressemble s'assemble, a-t-on coutume de dire, non ? ;-)
Bon week-end
Eric

Publié le 10 Juillet 2022

@Eric BEAUME
Bonjour Éric. Merci pour cette lecture et ce commentaire.
Tant mieux si l'immoralité (expliquée) de cette histoire ne vous a pas choqué. Rien n'était pire que l'époque des comités de censure qui imposaient une fin acceptable, voire morale.
Le symbole de la tête qui n'est pas retrouvée est important, effectivement. Un cadavre sans tête est un corps… une tête seule, c'est presque l'homme dans son entier : son identité, sa personnalité.
Philippe
J'ai vu que vous aviez glissé dans vos biblio "Un anniversaire bien arrosé", un amusement plus qu'un polar. Côté polar, il y a « Homicide involontaire ». On sort de Paris (mais on y retourne aussi) pour arriver sur la côte picarde et ses falaises d'Ault.
Sinon, côté romans, mon petit dernier : « La librairie des bannis » qui n'est pas polar mais se laisse lire comme un polar, puisque mon héroïne mène l'enquête sur un certain Fergus Sanfaçon, né en 1892, et semble avoir disparu de la circulation en 1940.
Bonne journée.
PS : écriture simple, dites-vous. Oui, c'est ce que je m'évertue à faire : libérer le lecteur de textes lourds, complexes pour privilégier l'histoire, les personnages.

Publié le 09 Juillet 2022
4
Bonjour Philippe, l'écriture est simple, mais visuelle, plus encore quand on connaît le quartier décrit dans le texte (ça aide forcément). Même si l'évocation de Simenon n'avait pas été présente, on aurait senti néanmoins l'influence du style du polar français (même s'il était belge) de ces années-là. L'immoralité ne me gêne pas plus que cela quand elle est bien mise en scène et qu'elle peut être comprise pour qui cherche toujours à sortir des clivages imposés par une société qui elle-même nous fait perdre la tête. Aujourd'hui nous existons et vivons grâce à notre tête, notre corps n'est plus si important... Priver un corps de sa tête est alors plus significatif qu'il n'y paraît, même si cela reste très extrême. J'aime bien votre style, et vous retrouverai donc certainement sur d'autres textes ;-) Cordialement. Eric
Publié le 08 Juillet 2022

@Isa F
Merci d'avoir rencontré Labrume, flic à l'immoralité discutable. C'était sa première aventure. Peut-être reviendra-t-il roder un jour du côté du canal Saint-Martin, pourquoi pas du côté de l'Hôtel du Nord ou bien plus loin, vers le parc de La Villette ! A voir !

Publié le 01 Juillet 2022
5
J'ai apprécié faire la connaissance de Labrume, un flic à la morale (immorale) bien placée.
Publié le 30 Juin 2022

@galodarsac
Merci pour ces réflexions sur ce sujet épineux de la justice des hommes. On pourrait, effectivement, penser qu'il faut que la justice passe par le tribunal. Toujours ! Qu'elle fasse jouer les circonstances atténuantes… Pour la préméditation ! là, c'est raté pour le personnage. Il annonce la couleur d'emblée. Le policier se retrouve devant un cas de conscience. Effectivement, on pourrait (et on a dû) écrire des tonnes de pages sur le sujet, pour certainement arriver à la conclusion qu'on ne se fait pas justice soi-même. Le meilleur avocat du monde ne pourrait éviter la prison à Claude. D'où la triple réflexion sur celle-ci, en fin de nouvelle. Triple réflexion qui mériterait, elle aussi, un livre entier.
Philippe

Publié le 30 Juin 2022
5
Quand le policier se fait juge et juste là où les juges commettraient forcément une injustice... Ce récit pourrait faire un excellent sujet de bac de philo ou de droit ! Mais pour qui a passé l'âge des études, seul compte finalement le plaisir qu'on prend à le lire ! Bravo pour cette intrigue bien ficelée et sa morale insolite !
Publié le 30 Juin 2022

@FANNY DUMOND
Dans « Le Corps sans tête », Maigret y va de son flair. Il me semble bien que c'est son atout principal.
Mon Labrume (dénommé Labrune au départ et, allez savoir pourquoi, il devint Labrume… qui vit clair !) a son périmètre d'enquêtes autour du canal Saint-Martin qui n'est que la continuité du canal de l'Ourcq, si on y pense. Si bien qu'une affaire en recoupant une autre, il sait additionner 1 et 1 pour trouver 2.
Est-ce que vous trouvez mon histoire immorale ? Je ne sais pas pourquoi, en ce moment, mes coupables restent en liberté. Va falloir que je me questionne dur !
Bonne soirée à vous
Philippe

Publié le 27 Juin 2022
5
Bonjour@Philippe De Vos Quel opportuniste ce capitaine qui n'a pas le cerveau embrumé !!! Une chute que Simenon n'aurait pas imaginée pour son célèbre commissaire bourru, mais plus honnête ;-))) Cordialement. Fanny
Publié le 27 Juin 2022