Lost in connection

220 pages de Camille Descimes
Lost in connection Camille Descimes
Synopsis

Un roman choral avec des trentenaires qui débattent dans le désordre et avec humour de sex-toys, orgasme, féminisme, maternité, plans Q, clubs échangistes, prostitution, viols, sexisme, et avant tout de connexions amicales et amoureuses, hétéro et homosexuelles. Une tentative pour repositionner l'Amour au centre de nos échanges humains, à l'heure où des applications le déstructurent. Une immersion dans la schizophrénie, et un hommage à une jeune femme, victime d'un dérapage effroyable.

Publié le 18 Juillet 2022

Les statistiques du livre

  23 Classement
  635 Lectures 30 jours
  1260 Lectures totales
  -2 Progression
  107 Téléchargement
  13 Bibliothèque
 

"Lost in connection" est le "Livre le +" du 12 août. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire. N'oubliez pas de laisser un commentaire à Camille Descimes, c’est pour cela qu'elle publie son roman sur monBestSeller.

Publié le 12 Août 2022

Ce livre est noté par

24 commentaires , 10 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Oui Camille, j'avais écrit un autre commentaire, mais je crois que quelque part nous nous sommes parfaitement comprises.
Car tout n'est qu'apparence pour celui qui ne regarde qu'en surface, le reste se ressent et ne se dit pas. On garde au fond de soi ses émotions pudiques en découvrant l'autre caché derrière ses mots. Pour les vrais auteurs, écrire c'est aimer et lire est de l'avoir compris.
On ne refuse pas une main qui se tend. Ainsi vont simplement les hommages courtois.

Publié le 11 Septembre 2022

@Isabelle Blackeney
Un grand merci Isabelle pour votre note et votre commentaire !
J'ai un peu tardé à vous répondre (j'étais sur un sommet emblématique du Mercantour, à 3143m, avec une belle arrête très aérienne pour y accéder :) et vous avez écrit un autre commentaire encore plus sympathique ! L'essentiel, c'est de passer d'agréables moments, je suis parfaitement d'accord avec vous et j'irai faire un petit tour chez vous très bientôt avec grand plaisir.

Publié le 11 Septembre 2022
5
Finalement restons sobre. Je suis vraiment désolée mais je n'ai aucun "conseil" d'écriture à vous donner, il y a pour cela bien plus érudit que moi. Pour ma part une analyse et une belle réflexion sur les relations amoureuses et sentimentales décrites sans complexe. J'ai passé un très bon moment, n'est-ce pas là l'essentiel ?
Publié le 10 Septembre 2022

@Christ A
Un immense merci Christ pour votre commentaire détaillé, et plein d'humour :) Vous avez raison, je me rends compte que j'écris plus pour entamer une discussion, une réflexion, que pour raconter de belles histoires. C'est un partage, avant tout. Et un espoir, aussi, de susciter des réactions, avec peut-être quelques évolutions. Le tout parsemé d'humour, indispensable.
Je vous souhaite plein d'autres belles lectures sur ce site qui en regorge !

Publié le 03 Septembre 2022
5
Au début des dialogues. C’est rapide et pétillant avec beaucoup de phrases courtes, et souvent drôles, par exemple : Il y aurait peut-être moins de migraineuses s’il y avait moins de mecs avec deux mains gauches. La langue est parlée, mais les personnages sont un peu intellos alors on a de temps à autre de la culture qui flotte sur la mer, mais ça ne la trouble pas, juste ça l’enrichi : — Tiens, je viens de finir « Sexus » d’Henry Miller — Honnêtement, sans vouloir faire preuve d’ultracrépidarianisme (un joli mot à retenir, je vous le conseille, il fait son petit effet). Puis il y a des intervalles narratifs assez longs mais toujours fluides, peut-être un peu chargé en références parfois. Ainsi pour Victoire p 17/18 on a : Camus, Sade, Alleg, Terestchenko, Matzneff, Catherine M, Pauline Réage, Alexandre Dumas ; Ouf ! On se détend, c’était juste un coup de chaud, après ça s’arrange et vos références vont bien avec le propos de votre narratrice. Et puis j’ai aimé les alternances de ces narrateurs qui vivifient pour moi le texte : Julie blessée et pourtant si vive, si attentive aux autres ! Gaspard grand cœur, besoin de respirer loin des agitations hospitalières : on a envie d’être sa copine, etc. Et la fin dramatique est tellement émouvante, tellement vécue avec ce si beau poème de Victor Hugo. Enfin votre livre est vraiment très écrit.
Publié le 03 Septembre 2022

@Gilbert Bahaus
Merci Gilbert (Sofia?) pour vos encouragements et vos pistes d'amélioration. Je comprends vos remarques, cependant cela dépend du but visé. Le mien est de créer un fossé entre le début et la fin de cette histoire. Evidemment, avec une lecture d'à peine 10%, il est complexe d'avoir une vision d'ensemble. Cependant, c'est très certainement ce que fait la majorité des éditeurs. Et peut-être ce que fait la majorité des lecteurs (dont je ne fais pas partie: je lis, même en diagonale, jusqu'à la dernière page tous les livres que je commente). Mon but est-il d'être éditée à tout prix ? Il serait alors plus judicieux de produire un roman tendance romance, thriller ou SF. Or, cela ne m'intéresse pas du tout. Pas plus que de développer des scènes érotiques, d'autres le font bien mieux que moi et y prennent un plaisir non dissimulé.
Mes nombreuses citations sont simplement des pistes de réflexion, c'est aussi une manière de partager des idées de lecture, et non pas d'en mettre plein la vue. Pour ma part, je suis toujours avide des recommandations de lecture des autres. Recommander un livre qui nous a ému, c'est aussi une façon de livrer qui on est et d'illustrer des propos.
Ecrire, pour moi, c'est avant tout prendre du plaisir à le faire, en essayant de mettre en ordre des idées pour approfondir des réflexions et espérer que cela donnera aux autres aussi du plaisir et les amènera peut-être à envisager le monde d'un point de vue légèrement différent. Je ne vais pas citer Duras, vous risqueriez de sombrer dans une crise d'urticaire :) Pour la plagier, je dirais qu'écrire, c'est plutôt et surtout ne pas se taire. Un livre, c'est une sorte de discussion avec un auteur, et il est bien rare qu'un inconnu vous dévoile le fond de ses pensées dans les 10ères minutes (26 pages, mais cela dépend de votre vitesse de lecture !)
Je me suis amusée pour le 1er chapitre en prenant un thème d'apparence tout à fait superficiel (les sex-toys), qui reste finalement encore assez tabou. C'est peut-être une forme de provocation. Et une façon de contrebalancer d'autres préoccupations autrement plus dramatiques qui sont majoritairement les miennes dans mon exercice quotidien.
Mes quelques pages ne sont pas parfaites, vous avez tout à fait raison. Je ne vise d'ailleurs pas la perfection.
Encore merci pour vos remarques, cela m'a permis d'étayer mes propres réflexions :)
Je vous souhaite à mon tour chaleureusement et amicalement une excellente continuation.

Publié le 28 Août 2022

@Camille Descimes Petite précision : j'étais nommé au concours mais je n'ai pas été primé. D'autres ouvrages l'ont été, et je m'en félicite car ils le méritaient.
Le petit coeur que vous avez reçu pourrait bien vous amener, vous aussi, à ce même concours ; je vous le souhaite.
Damian.

Publié le 23 Août 2022

@Damian Jade
C'est moi qui vous remercie, Damian, pour ce retour élogieux :)
J'ai eu un petit cœur pour la sélection d'un WE, ce n'est pas le prix concours non plus (que vous avez remporté d'ailleurs, l'an dernier... je l'ai réalisé après avoir écrit mon commentaire sur votre page, je me rattrape tardivement et je vous félicite amicalement et chaleureusement, une belle réussite qui consacre votre talent et votre admirable "trilogie".)
L'essentiel, finalement, je pense que vous serez sûrement de mon avis, c'est au travers de cette plate-forme, d'aborder des thèmes qui nous tiennent à cœur, de susciter des réactions, peut-être même des réflexions, et de découvrir, à travers les écrits des autres, des questionnements différents qui pourront nourrir les nôtres. Bien sûr, il y a à boire et à manger, comme dehors, dans la vraie vie, mais il y a aussi des pépites, et je ne manquerai pas de vous suivre !

Publié le 23 Août 2022
5
ah, et quelques étoiles aussi ;-)
Publié le 22 Août 2022

@Camille Descimes
Je me rends compte que mon commentaire n'avait pas été posté (probablement une fausse manip de ma part...).
Je disais en substance que je vous ai lue avec une voie féminine, puissante et dynamique.
Que j'y ai goûté l'humour, le réalisme et le rythme.
Que je voyais bien ce livre dans la sélection pour le concours 2022 (voilà qui est presque fait), et que ma phrase favorite était :
« Le féminisme, ce n’est pas vouloir gommer, nier nos différences avec les hommes. Les femmes ne sont tout de même pas si connes. » :-)
Merci pour ce partage.
Damian.

Publié le 22 Août 2022

@Agostini Francois-Xavier
Bonjour François-Xavier, les abus sexuels sur les enfants sont vraiment révoltants, je suis navrée que vous ayez eu à endurer une "humiliation" de ce type si jeune.
Merci pour votre retour et plein de réussite pour votre roman dystopique qui vous tient tant à cœur !

Publié le 15 Août 2022

@Frieda Pouffe
Bonjour Frieda, merci sincèrement pour votre commentaire et vos compliments. Je suis ravie que mon livre ait retenu votre attention. Je pense qu'il est toujours plus aisé d'écrire sur des thèmes qui nous tiennent à cœur, qui ont du sens à nos yeux, car c'est finalement la seule façon d'extraire ce que nous avons de plus précieux et de plus intime en nous.

Publié le 15 Août 2022
5
Bonsoir 5 étoiles brûlantes pour l'idée. Comme dans "Prophetia" je ne suis pas sûr que le sujet après le mouvement Me too mais aussi Men too tombe au bon moment, l'apparition étrange de la variole ( une maladie qui va déraper rapidement selon ma soeur médecin ) les relations dysfonctionnelles font dans l'ensemble une société décadente que la nature jugera de la pire des façons. Humilié sexuellement à l'age de 11 ans par une femme adulte, un soeur de ma mère, ( qui, chose aggravante, était éducatrice pour enfants dans un institut bien connu ) je garde, même aujourd'hui, un constat très sévère des désorientations et perversions du monde adulte, ce qui transpire dans "Prophetia". Je vous souhaite du courage pour votre succès. François-Xavier Agostini. En attendant bonne lecture à tous les auteurs libres COMME VOUS ET MOI sur monbestseller.
Publié le 14 Août 2022

@Philippe RIBAGNAC
Un immense merci Philippe pour votre analyse, vos pistes d'amélioration, et vos nombreux compliments, qui me touchent sincèrement. C'est finalement une des plus belles récompenses qu'un auteur puisse obtenir, des échanges constructifs avec d'autres auteurs qui osent, eux aussi, à travers leurs écrits, livrer une part d'eux-mêmes, un morceau de leur intimité.
A très bientôt (l'homme qui ne voulut pas mourir idiot m'attend dans ma bibliothèque, cependant je vous préviens tout de suite, je n'ai pas eu le privilège de dialoguer avec des êtres extradimensionnels évolués :) - mais vous non plus, très certainement- donc mon commentaire restera tout à fait rationnel !)

Publié le 13 Août 2022
5
J'ajoute ma note (T.T.C.)
Publié le 13 Août 2022

@Camille Descimes
Il n’est pour moi qu’un seul critère : la difficulté à lâcher un livre, quel qu’en soit le propos. Dès que j’ai commencé le vôtre, j’ai senti que j’irais jusqu'au bout de l’histoire de cette moderne "Blanchette" grisée par sa liberté.
Mes réactions successives ont été :
- L'éblouissement face à votre exceptionnelle brillance ;
- De brefs instants de (petite) lassitude quand le récit virevolte un peu trop à mon goût ;
- La surprise d’apprendre encore tant de choses aussi éclairantes (vocabulaire rare mais précieux, références littéraires pointues, informations fines tous azimuts) de la part d’une femme qui pourrait être ma fille ;
- L’admiration pour votre bienveillance naturelle, votre modestie malgré votre intelligence supérieure, ainsi que pour votre « intelligence du cœur » qu’on sent sincère et profonde ;
- L’agacement passager de ce besoin -propre aux élites de votre génération- de montrer qu’on est bien au courant d’un maximum de choses, qu’on tient bien compte de tout (y compris la compréhension due aux criminels), qu’on fuit la banalité, qu’on ne saurait s’exposer au ridicule de la moindre grandiloquence, et qu’on ne doit jamais rien conclure sans une note spirituelle prouvant qu’on ne se prend surtout pas au sérieux ;
- Un réel intérêt pour vos réflexions sociologiques, psychologiques et philosophiques (toutes vos citations, malgré leur grand nombre, sont formidablement en phase avec votre propre message, on ne sent à aucun moment un étalage inutile. Et vos propres trouvailles sont à la hauteur : j’adore par exemple les « génies ignorés de tous, sauf d’eux-mêmes ») ;
- Last but not least : l’ÉMOTION, que vous avez l’art suprême de faire surgir (je n’ai pu éviter l’humidité oculaire par l’action conjuguée de vos derniers chapitres et du « Demain dès l’aube » de Victor Hugo).
MERCI pour ce grand moment passé grâce à vous. On pourrait facilement tomber amoureux de l’auteure...

Publié le 13 Août 2022

@Catarina Viti
Bonsoir Catarina, j'espère que la suite de votre lecture sera à la hauteur du début :)
Un grand bravo à vous également pour la femme éléphant qui n'en finit plus de progresser! De mon point de vue, elle mériterait de se hisser sur le podium (encore un peu de patience, après tout elle fait son poids :)

Publié le 12 Août 2022

@Ahmed Bouchikhi
Merci beaucoup Ahmed pour votre commentaire. Ravie que mon roman vous ait plu !

Publié le 12 Août 2022

@camille descimes On ne s'ennuie pas. Histoire intéressante racontée dans un style fluide, sans fioritures. Toutes mes félicitations.

Publié le 12 Août 2022

Bonjour Camille, je suis très heureuse que votre livre ait été remarqué. J'en ai commencé la lecture (il est sur le bureau de mon ordinateur). Impossible d'aller plus loin en ce moment, avec cette météo, les journées sont remplies et harassantes, mais pour le peu que j'ai lu, j'ai apprécié et l'écriture et le rythme de votre récit. Bonne chance à votre livre !

Publié le 12 Août 2022

@DENIS SOULIER
Merci Denis pour votre commentaire enthousiaste !
Le but, finalement, est surtout de susciter des échanges et peut-être de modifier certaines idées reçues :)
A très bientôt !

Publié le 06 Août 2022
5
On m'a conseillé ce livre et je ne suis vraiment pas déçu!!! Histoire très intense et qui porte à réfléchir sur de nombreux sujets de société. Ce livre gagne à être connu!!!
Publié le 06 Août 2022

@Philippe Cléarque
Un grand merci Philippe pour votre commentaire et votre appréciation. J'ai découvert récemment Maïa Mazaurette avec laquelle je partage décidément plusieurs points de vue, sur la nécessité de recentrer nos relations non sur la performance (à travers divers artifices comme l'usage de la violence, la douleur etc.) mais sur les sentiments, l'échange, le respect.
De plus en plus, notre société me donne l'impression que la véritable originalité, c'est de défendre des valeurs d'authenticité dans l'amour, notamment, et non de succomber à des courants douteux, d'expérimenter des pratiques improbables.
La véritable adrénaline vitale, c'est de réussir à créer des connexions intenses avec autrui, de se tourner vers les autres sincèrement et pleinement. Ce n'est pas toujours simple. Parfois, cela épuise, cela vide littéralement. Mais finalement, les plus belles minutes dans mes journées sont celles où je lis un merci dans les yeux d'autrui, où un échange fort se crée avec un patient reconnaissant qui repart moins seul, qui a puisé du réconfort, malgré des diagnostics tragiques, ou qui a perçu sa chance de pouvoir encore vivre, grâce à nous, une collaboratrice qui se sent épaulée, un compagnon de cordée réjoui sur un sommet, et mon amoureux qui me dévisage, extatique, avant de dormir.
Le reste n'est qu'artifice. Et pour moi, de peu d'intérêt.
Bonne soirée !

Publié le 05 Août 2022
5
J'ai profité d'une journée de vacances hier pour lire votre livre et vous adresse mes félicitations ! Au fur et à mesure des pages, passé la complexité initiale, on apprend à connaître et à se familiariser avec Julie, Victoire, Gaspard et tant d'autres. Je pense qu'ils resteront longtemps avec moi et que j'aurai assez souvent une pensée "amicale" pour eux. J'ai aussi beaucoup aimé votre approche de la vie amoureuse, de la séduction, du féminisme dans le monde d'aujourd'hui. Une approche raisonnée, belle, et d'une manière assez paradoxale, tout à fait optimiste. Merci de ce beau roman !
Publié le 05 Août 2022

@Lucas Belmont3
Merci Lucas d'avoir exhumé votre élogieux commentaire ! J'ai, depuis, élaboré quelques coupes stratégiques sur ces fameuses épigraphes. Il me reste à retailler certains morceaux dans le 1er chapitre et quelques scènes de sexe (huilé, je ne relève pas, je range dignement mon humour douteux dans ma poche ;) J'avoue qu'intellectuellement me fondre dans la posture masculine était un exercice inhabituel.
Pour le féminisme, il me semble que les hommes devraient le devenir aussi. En ce qui me concerne, j'évolue dans un univers plutôt masculin où je n'ai qu'exceptionnellement eu le sentiment de me battre en raison de mon sexe. Cependant, toutes les femmes n'ont pas ma chance (ou mon culot) et le comportement de certains me fait sortir de mes gonds. Il n'y a pas d'êtres inférieurs, nous avons tous une forme de richesse. Les insupportables caractériels, et toute une ribambelle de manipulateurs, cependant, il faut les fuir (cela fonctionne aussi au féminin).
Excellente soirée

Publié le 01 Août 2022
5
@CamilleDescimes Brillant, vif, intelligent, admirablement écrit, parfois tombant dans le piège d'une chronique de magazine (le 1er chapitre a failli me perdre, à raccourcir peut-être...) , mais se rattrapant vite avec un art littéraire qui vous classe, me semble-t-il, comme une écrivaine. Petit paradoxe: le féminisme que vous défendez – égalité entre les êtres (”le féminisme est un humanisme”, belle formule détournée, plus pertinente que l'originale :) - donne le beau/meilleur rôle à un homme, Gaspard, qui domine le texte par sa sensibilité et son intelligence, sa sagesse... sa proximité avec les morts, sans doute. Un bémol: les scènes de sexe sont trop huilées, la pudeur n'a pas besoin que de jolis mots ni la littérature de jolies scènes, un peu d'aspérités seraient les bienvenues... autre bémol: trop d'épigraphes distraient votre lecteur... mais ces bémols ne sont pas grand chose par rapport aux sujets que vous abordez, à la lumière que vous leur apportez, à la puissance de cet éclairage. Une œuvre grave, dont l'apparente légèreté ou l'insouciante apparence sont le vernis de plusieurs tragédies, habit de lumière donc pour enfouir la douleur et la peine (et la peur, pour reprendre Camille Emmanuelle), les enfouir mais les mettre à nu quand il le faut. Bravo. N.B: retour de mon commentaire après ma suppression du compte Belmont le 4ème du nom :)
Publié le 01 Août 2022

@CamilleDescimes On sent vos années de médecine dans votre roman... Et c'est fort intéressant ! Oui, je me suis posé la question pour"quand j'aurai terminé", mais je me suis basée sur l'ensemble de votre texte, et notamment ce qui précède, la façon dont vous rédigez... à vous de trancher !
Belle semaine à vous, cordialement, Marion.

Publié le 01 Août 2022

@Marion Deligny
Un immense Merci, Marion, pour vos précieuses corrections (j'avoue que j'ai un peu honte ;)) J'ai laissé quand j'aurai terminé car il me semble qu'il s'agit du futur antérieur et non du passé du conditionnel (gageons qu'une majorité des ados ne sait même pas de quoi nous parlons...!)
Excellente soirée à vous aussi
Et au plaisir de débuter la lecture de vos livres très prochainement !

Publié le 31 Juillet 2022

@CamilleDescimes
Oublis :chapitre 39 premier paragraphe, Julie m'avait prévenu (sans e, c'est Gaspard qui parle)
page 182 se sentir à l'abri
page 181 nous ne sommes pas confrontées
page 183 j'ai du mal à me projeter (sans accent circonflexe)
page 193 (sur le bateau) les sensations étaient multipliées, démultipliées signifiant décroissantes
page 200 nous nous sommes laissés porter.
bonne fin de week-end,
Marion

Publié le 31 Juillet 2022
5
@CamilleDescimes Merci pour ce roman empli de personnages fouillés et attachants, que l'on retrouve au fil de vos pages. Vous parlez du féminisme avec des mots justes. La paranoïa est bien évoquée à mon avis, elle fait parfois commettre des actes monstrueux, comme c'est le cas ici. J'ai beaucoup aimé votre métaphore des chaussettes trouées et l'absurdistan, même si j'ai, quelque part dans ma bibliothèque, les voyages en Absurdie de Stéphane de Groodt... Quelques petites notes suivent (fautes d'orthographe notamment) : on écrit vous courez avec un seul "r". page 50 nous n'appréciions pas (nous sommes au passé), page 118 la moitié du cheval m'a échappé, page 122 je ne me permettrai pas, page 132 quand j'aurais terminé mon papier, page 137 les tétées, page 143 je l'ai embrassée page 150 me rapportait... Bonne relecture et merci pour ce partage. Amicalement, Marion.
Publié le 31 Juillet 2022

@Wilfrid TETARD
Bonjour Wilfrid,
Un immense et très sincère merci pour toutes vos remarques, et pour le temps pris à les synthétiser. Je vais faire quelques modifications ces jours-ci avec vos pistes d'amélioration. C'est vraiment très enrichissant de bénéficier de retours avisés, et au risque de me répéter, je vous en suis très reconnaissante. Je viens de découvrir ce site il y a quelques jours, un peu par hasard, et j'en suis ravie !
A très bientôt, peut-être pour commenter votre prochain livre ?
Camille

Publié le 26 Juillet 2022
5
Bonsoir, Camille, Bon, il m'a fallu un peu de temps pour finir votre livre, parce que sa complexité m'a imposé certains retours en arrière, des temps d'analyse, des pauses dues à la perplexité, au questionnement. Premier point : je ne renie rien de mon premier commentaire, mais votre livre est particulièrement dichotomique. Une première partie consacrée à des considérations générales sur l'existence (fort intéressantes au demeurant), mettant en scène une multitude de personnages divers. J'ai à l'abord envisagé un livre confrontant des individus ayant des conceptions différentes de la vie et visant à en tirer une forme de "morale" du genre "Existe-t-il une (bonne ?) manière d'affronter l'existence"... Cela m'a d'autant plus intéressé que j'ai, personnellement, toujours considéré qu'on m'avait mis au monde en omettant de m'en fournir le mode d'emploi, ce qui m'a contraint à n'agir que par instinct et passion plutôt qu'en suivant un plan prédéfini (ce qui, curieusement, m'a parfois apporté d'excellentes surprises !). Mais, étrangement, ces personnages auxquels un chapitre était chaque fois dédié semblaient plutôt en avoir des approches relativement similaires, ce qui empêchait toute confrontation de points de vue. Et puis vient la seconde partie, dont évidemment je tairai tout pour ne pas gâcher le plaisir du lecteur. Passée cette période de questionnement, je trouve votre livre admirablement maîtrisé, dans sa construction comme dans son écriture, avec un gros coup de cœur sur la prescription de la page 193, à mourir de rire ! Un énorme bravo, donc avec un seul reproche de mon point de vue : une surabondance de citations qui, malgré leur pertinence et attestant de votre érudition, rendent cet ouvrage un peu moins "personnel", "intime". Vous n'aviez, de mon point de vue, pas de nécessité d'utiliser cette "béquille". Quelques coquilles ou remarques sont signalées, à votre seule attention, sur http://www.mathsaharry.com/cd.pdf Bonne soirée, et inutile de dire que votre texte est brillant ! Wilfrid
Publié le 26 Juillet 2022

Bonjour @Wilfrid TETARD !
Merci pour votre retour si élogieux qu'il me ferait presque rougir ... J'espère que la suite sera à la hauteur de vos espérances !
A très bientôt ;)

Publié le 25 Juillet 2022

Bonsoir, Camille...
Page 61 seulement et je suis presque effrayé par votre intelligence, votre clairvoyance. Je vous soupçonne, non seulement d'avoir compris ce que j'avais souhaité exprimer dans mon livre (ce qui serait déjà un prodige !), mais d'avoir deviné ce que j'ai souhaité taire.
Certes, dans votre œuvre, il n'y a pas un style "unique' (genre 'Duras' ou 'Vian'), mais une lucidité et une "force" digne des "Petits traités de toutes vérités sur l'existence" ou des "Chroniques de l'anxiété pure" de Fred Vargas, ce genre d'autrice à l'aune de qui l'on constate qu'on n'est (vraiment !) pas grand chose (bref : une sous-m.....), et que ce qu'on suppose avoir compris sur l'âme humaine est dérisoire.
Merci, déjà, et à très bientôt !

Wilfrid

Publié le 23 Juillet 2022