Jeux de double

60 pages
Extrait
de Arsen Chaplay
Jeux de double Arsen Chaplay
Synopsis

Ce livre se présente comme un recueil de nouvelles rassemblées par les thèmes du reflet et de la dualité, mais aussi par la récurrence des personnages qui lui assurent un effet de continuité:
- Paul Daussy victime d’une amnésie traumatique, se perd dans son reflet en traversant l’Atlantique.
- Max Daussy prend part confusément à la magie d’une cérémonie Vaudou à Haïti, plaçant front à front un bouc noir au surprenant regard bleu et un petit garçon.
- Et au milieu du livre le "roman" d'Alban, petit fils de Paul et fils de Max, pour qui tout commence l’été 1966 quand il découvre Éric, l’autre garçon mystérieusement apparu dans son royaume de pierre qui domine la Loire.
Défilent enfin les passantes, ces sirènes duales qui croisent les vies des deux fils d’Alban, Samy et Théo.

Publié le 06 Août 2022

Les statistiques du livre

  27 Classement
  608 Lectures 30 jours
  1152 Lectures totales
  +3 Progression
  59 Téléchargement
  2 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

3 commentaires , 2 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Christ A Merci beaucoup pour votre commentaire très pertinent sur la fin de Félix et sur le résultat de mon travail concernant Haïti pour en restituer l’ambiance, les sons et les couleurs. Merci aussi de ne rien dévoiler de la scène ultime du « roman » d’Alban.

Publié le 06 Septembre 2022

Tiens donc! (excusez)

Publié le 03 Septembre 2022
5
Un début de récit surprenant qui me fait penser à Paul Auster (Paul et Paula tient donc ! Est-ce un hasard ?), finissant sur une étonnante page blanche et sur une suggestion de mondes parallèles. Waouh ! Et puis j’ai été saisie par cet enfant et ce bouc placés front à front, une scène assez effrayante jusqu’à son dénouement. J’ai trouvé l’ambiance haïtienne bien rendue : vaudou, lieux, personnages (surtout ce sacré débauché d’Ulysse avec ces mots avides de prendre l’air) et les échanges en créole. La suite m’a bien retenue avec le drame de ce petit garçon qui pèse sur tous les épisodes de sa vie. Et je ne parlerai pas de la fin (votre scène ultime) pour vous en laisser le dessin. Enfin j’ai apprécié votre style, notamment quand surgit un peu de Camus dans vos « routes déroutées » du soleil algérien.
Publié le 03 Septembre 2022

@MartinM
Vous avez sûrement raison. Je voulais juste livrer le fil rouge de mon bouquin alors qu’une lecture parle en soi, sans avoir besoin d’être trop guidée.
Je vais donc laisser le lecteur se projeter dans le texte à son rythme, et remplir les blancs au fil de ses rêves, en supprimant ma trop longue présentation.
Merci enfin pour votre commentaire sur « la langue, qui s’adapte à chaque fois au contexte ».

Publié le 01 Septembre 2022
4
Des longues nouvelles, de courts romans, un peu des deux je trouve. Certaines ont un réel potentiel pour passer de l’une à l’autre. La première sur le Normandie certainement, on s’y perd dans ce dédale de vrai, ou pas. Et audelà du récit, il y a la langue, qui s’adapte à chaque fois au contexte. (ps. Je me demande si votre avant propos ci-dessous n’est pas à contre emploi, comme si l’avertissement signifiait que la lecture serait dense, voire inamicale)
Publié le 22 Août 2022