Anthologie

690 pages de Lucas Belmont
Anthologie Lucas Belmont
Synopsis

4 textes intégraux, 4 genres différents, une multiplicité d'univers.

RICOCHETS (nouvelles)
Vies d'à côté et sentiments dorés, 25 histoires du chaos.
"Livre le +" 03/2021

ENFER NATION (comédie)
Un diptyque infiniment décadent et définitivement culte.
À Pigalle, au milieu de la plèbe et du crime.
Dans le glacis du Pouvoir, aux portes du Mal.

DOLORIS (drame)
Un écrivain hanté, une mère exsangue, une adolescente en rupture. Douleur, déliquescence, dissociation exigent du lecteur peu armé qu'il dirige ses pas en arrière.

ÉCRITURES DUALES (théorie)
Écriture plurielle et écriture miroir, herméneutique de la création littéraire.

Mise à jour : 29.10.2022

Publié le 15 Septembre 2022

Les statistiques du livre

  323 Classement
  86 Lectures 30 jours
  271 Lectures totales
  +5 Progression
  0 Téléchargement
  2 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

9 commentaires , 2 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Caroline Morlat
Un grand merci pour votre retour. Il est toujours plaisant et gratifiant de recevoir un commentaire positif d'un auteur dont on a apprécié/aimé l'univers et l'écriture. Pas de format papier pour l'instant...

Publié le 28 Octobre 2022
5
Je n'ai lu que deux nouvelles mais votre écriture me plaît énormément. Je lis très peu sur écran y a t il un format papier quelque part?
Publié le 27 Octobre 2022

@hannah plck
Elles sont en cours de rétablissement... pour ce qui est de la lecture, je vous rejoins, c'est une entreprise sérieuse, que le résultat soit plaisant, perturbant, ou ce que l'on voudra bien faire dire à ce champ lexical. Bref, c'est une activité à haute densité intellectuelle, puisqu'elle prend l'esprit à part entière, elle est d'ailleurs ce que nous voulons bien en faire : une intruse ou une amie. La chasser, c'est la trahir, et c'est un peu une part de nous-même qu'elle emmène avec elle. Donc oui, on ne plaisante pas avec la lecture :)

Publié le 23 Septembre 2022

@Lucas Belmont
Je n'ai pas pour habitude de chercher le sommeil dans la lecture. Celle-ci est pour moi une chose trop importante, trop nécessaire et trop sérieuse (quoique plaisante) pour que je l'utilise en guise de somnifère. C'est simplement que je n'ai pas énormément besoin de sommeil, et quel meilleur moment pour lire que les heures paisibles de la nuit ?
Vos solides épaules se sont-elles bien remises ?

Publié le 23 Septembre 2022

@hannah plck
Pour vous remercier de ce commentaire qui a ébranlé mes solides épaules, je serai aussi sobre que ma part d'auteur : merci.
Ce que vous ne précisez pas : sont-ce mes nouvelles qui vous ont empêchée de dormir, ou êtes-vous allée chercher le sommeil dans leur lecture ? mais c'est une autre histoire... qui se termine plutôt bien pour l'auteur :)

Publié le 23 Septembre 2022
5
@Lucas Belmont Figurez-vous, cher ami, que j'ai passé une partie de la nuit à lire vos "Ricochets". Bien évidemment, il y a certaines de vos nouvelles que j'aime plus que d'autres (c'est inévitable dans un recueil), mais toutes révèlent que nous avons affaire à un auteur de grand talent, parfaitement maître de sa plume et habile à nous dresser, en seulement quelques paragraphes, des tableaux saisissants de notre humaine condition. Votre écriture sobre, je veux dire sans effets inutiles, sert au mieux votre projet et nous immerge vite, chaque fois, dans un univers particulier, une intimité singulière, qu'elle nous fait partager. Bref, c'est à mes yeux très réussi, et je vous en félicité. Amitiés.
Publié le 23 Septembre 2022

@Lucas Belmont
Cher ami, votre attention pour moi est très touchante, mais je vous assure que vous vous trompez sur mon compte. Je n'ai peur de rien - hormis, parfois, de moi-même - et rien ne peut me choquer dans le domaine de la littérature - hormis, parfois, certaines incorrections grammaticales qui me hérissent les cheveux sur la tête. Ainsi donc, j'entrerai dans votre oeuvre, le coeur vaillant et droite sur mon destrier, sans peur mais malheureusement pas sans reproches !
Amitiés.
PS : J'ai dompté plus d'un Maldoror...

Publié le 16 Septembre 2022

@ingrid pouffe
Merci pour votre soutien! le commentaire ci-dessous rapportant les commentaires est un peu long je vous l'accorde (bien que déjà raccourci... ne sont pas mentionnés les avis sur chaque nouvelle - "De grâce, heureusement qu'il ne l'a pas fait!" je vous entends déjà :), dont les vôtres et plus particulièrement le dernier qui m'a fait inclure "Le prix du silence" dans "Ricochets"). De tous ces commentaires ci-dessous il était difficile de résister à leur contenu. C'est aussi une manière de garder une mémoire de ces lectures. Enfin, sans doute, une compensation à la rareté des commentaires à venir :) Un nouveau merci à leurs auteurs ainsi qu'à vous dont l'avis d'écrivaine m'est précieux. Au plaisir de lire vos prochaines productions.
@Hannah Planck
Merci de l'intérêt que vous portez à mon anthologie. Réfléchissez-y à deux fois avant de plonger, toute confiance portée, dans ces textes qui peuvent heurter votre sensibilité et votre regard sur le Monde. N'oubliez pas le conseil des "Chants" : "Par conséquent, âme timide, avant de pénétrer plus loin dans de pareilles landes inexplorées, dirige tes talons en arrière et non en avant." Point de comparaison avec Mr de Lautréamont, mais un conseil de bon sens que je reprends à mon compte pour vous mettre en garde à propos de mes oeuvres : les sentiments sont sombres et les paysages lavés de tout soupçon, c'est à dire indifférents aux turpitudes des hommes. À bonne entendeuse :)

Publié le 16 Septembre 2022

@Lucas Belmont
C'est sur la recommandation de celle qui est en train de devenir une amie (ce qui me vaut déjà des avanies !), je veux bien évidemment parler d'une certaine Ingrid, que je m'apprête à ascensionner votre monument. Ayant déjà lu et apprécié, comme vous le savez, l'une de vos nouvelles, je me promets bien du plaisir (autrement, comptez bien sur moi pour vous le dire !) ; seulement je suis très prise en ce moment et je crains que mon commentaire ne soit pas pour tout de suite. Mais je tenais à vous signaler que la publication ici de votre anthologie ne me laissait pas indifférente.
Je vous salue bien.

Publié le 16 Septembre 2022

@Lucas Belmont
Eh bien dites donc ! Quel pavé ! Ne craignez-vous pas d'assommer d'entrée de jeu vos lecteurs ? Bon, je plaisante. Vous savez déjà le bien que je pense de vos textes. Je n'en rajouterai pas. Je vous souhaite seulement de trouver les lecteurs que tous vos textes méritent. Amicalement.

Publié le 16 Septembre 2022

Commentaires reçus hors mBS et sur mBS :

RICOCHETS

"Un ton très juste pour dire les choses de la vie que chacun vit à sa manière // Une écriture qui vous emmène et ne vous lâche plus // Un déroulé de sentiments et d'émotions // C'est merveilleusement écrit ces vies qui défilent, se délitent et voire se réparent // Distiller un parfum, une sensation, un parti-pris au travers d'une scène quotidienne est un talent rare. Ici comme ailleurs, l'auteur y parvient sans fard, pleinement // Touchée, comme pour chacune de vos nouvelles, par votre art de raconter avec les mots justes ces moments de la vie et de leur donner de la profondeur" (avis groupés hors mBS)
"Un véritable exercice de style mené brillamment. Une succession d'univers et d'ambiances, avec un soupçon d'humour savamment dosé" (Camille Descimes)
"Des univers qui s'imposent tout de suite, et une vraie musique des mots, très personnelle et qui s'insinue dans la mémoire" (LadyAutrice1800)
"Du réalisme halluciné, du sobre lyrisme" (Rachid Blanchet)

ENFER NATION

"Réjouissant ! Une écriture serrée au service d'un Grand-Guignol frénétique (1ère partie) // Impressionné par la férocité tranquille, l'absurde noir et la maîtrise du style à peine décalé (1ère partie) // Il y a des accélérés affolants. Satire jubilatoire où on perd plaisamment le fil, dans des flashés pasoliniens, zapping de personnages au pays des chanteurs, le film de la république est introuvable car partout, tous mouillés de noir (2ème partie) // Code littéraire passé à la moulinette d'une rage tranquille et d'une écriture glaçante, une sûre réussite dans son genre (2ème partie)" (avis groupés hors mBS)
"Très hilarant, casting top !" (MartinM)
"Férocement drôle et parodique (...) d'un noir lyrisme, original et prophétique, dense et visionnaire" (Rachid Blanchet)

DOLORIS

"Lu d'une traite, presque en apnée. La découpe est particulière, les cartes sont battues, rebattues et tout se mélange astucieusement, le montage est habile et on se laisse emporter. Le texte semble débarrassé de tous remplissages inutiles, il ne reste que des pages intenses d'une beauté déchirante. Une grande maîtrise de la dramaturgie // Du grand art, de la littérature de fond, qui parle où ça fait mal, où ça fait juste. Le lecteur se prend au jeu et au piège entre phrases-projectiles, paragraphes hallucinés"(avis groupés hors mBS)
"Certains alignent des mots. Vous tissez un univers tout de suite reconnaissable. C'est sans doute ce qu'on appelle "le style". Univers âpre, mais dont on a du mal à se détacher. J’imagine avec peine ce que représente l’écriture d’un tel ouvrage… Infuser, mijoter ces mots doit être une nécessité impérieuse ; les lire n’est pas aisé, quant à les écrire…"(LadyAutrice1800)
"Il y a une vraie création, c'est grave, c'est tragique, et du coup c'est extrêmement vrai et réaliste"(Rachid Blanchet)
"Il est difficile de se rassurer en vous lisant, tant on y croit. J'ai essayé, un peu comme devant un film qui nous a déjà absorbé, de mettre mes mains devant les yeux, ou de détourner le regard.Mais vos mots nous accrochent, ils nous hameçonnent. Ah! je ne dirigerai pas mes pas en arrière :-) Lire, c'est aussi ça. C'est même, pour moi, d'abord ça: être chamboulé, entrer dans le vif. Je n'ai pas pu le quitter ; lu d'une traite. Ai noté: Très bon passage sur "ce qu'est la littérature, Madame". Puis un autre, sur cette relation 'intime' qu'à Adrien avec sa conseillère, à quelques mètres de distance pourtant. Formidable récit de la 'montée' au Queen. Ce qu'Olivia traverse... (je ne veux rien dévoiler, mais bravo pour la puissance du récit). Et bien sûr ces fameuses pages sur un Adrien auto-centré, d'une crédibilité totale. Non content de nous faire entrer dans leurs têtes, vous nous faites devenir eux, le temps de l'histoire. Ce livre mérite beaucoup, beaucoup plus de lecteurs" (Damien Jade)

Publié le 15 Septembre 2022