Actualité
Du 13 sep 2022
au 13 sep 2022

Rentrée littéraire 2022 : la prudence est de mise

Si la rentrée littéraire commence fin Août, c'est que les éditeurs sont nombreux à publier des livres. Et au sein des grandes maisons, il y a parfois plusieurs ouvrages pour la même rentrée. On « lisse» donc les sorties en les répartissant dans le temps. Dès le mois d’août, les premiers romans sont publiés. Mais les parutions ne s’arrêtent pas là. Les nouveautés sortent jusqu’à la fin du mois de septembre. Trop tôt ou trop tard, telle est la question ! parmi beaucoup d'autres...
Rentrée littéraire : trop de livres tue le livreRentrée littéraire : trop de livres tue le livre

Si le concept de rentrée littéraire a été conçu avant l’explosion des Prix littéraires, elle en bénéficie aujourd’hui à plein. Goncourt, Renaudot, Femina, Interallié sont le carburant des ventes.

490 Livres pour la rentrée, serait-ce un début de régime ?

On peut y voir une cure d’amaigrissement liée à l'incertitude de la profession. Libraires comme Maisons d’édition savent que l’on produit trop. Trop d'ouvrages qui ne rencontrent pas leurs lecteurs, et ce n'est souvent pas pour des problèmes de qualité.
L'heure est à l'économie d'énergie, les 43 000 tonnes de livres retournés en moyenne chaque année chez le distributeur seraient cette année plus amères que d'habitude.
« Nous savons qu’il faut ­éviter de gâcher trop de papier, car cela revient à gâcher de l’énergie, alors qu’elle est de plus en plus rare », déclare Pascal Lenoir, président de la commission environnement du SNE (Syndicat national de l’édition) et directeur de la production chez Gallimard.La sobriété est de mise.

La rentrée littéraire est influencée par deux courants contraires

 Elle est indispensable parce que lancer un livre à cette période de l'année, c'est le placer en bonne position pour les fêtes de fin d’année, période de ventes cruciales. C'est un moment propice aux cadeaux donc aux prescriptions individuelles. 
Ces ventes de Noël représentent plus de 50% du chiffre d'affaires des maisons d'édition. 

Par ailleurs, bien sûr, cela permet aussi aux éditeurs de placer leurs auteurs pour les prix littéraires qui débutent en septembre et finissent début Décembre. Un livre sorti en janvier ne pourra donc concourir pour les grands prix. Et comme un Prix Goncourt se vend en moyenne à 400.000 exemplaires, on comprend que chacun veuille placer son cheval.

Trop d’embouteillages pour la rentrée littéraire ?

Trop d’embouteillage pourrait-on dire ?
Sans doute qu’une répartition plus équitable des lancements conféreraient aux auteurs émergents plus d’opportunités. On le sait bien, c'est cruel, de nombreux ouvrages passeront sans doute à la trappe, noyés dans la masse des parutions. Parmi les dix auteurs et autrices (cinq hommes et cinq femmes) figurant dans la liste de recommandations ci-dessous, tout le monde ne parviendra pas à franchir le cap si délicat du deuxième livre

Cette année, la prudence a été de mise.
Si le Covid n’a pas été un véritable frein, la crise de l’énergie, le prix du papier et la pression sur le pouvoir d’achat sont de mauvais signaux.
L’abondance d’auteurs et le manque chronique de lecteurs font le reste.
Les rapprochements Hachette/ Editis, l'institution Madrigal et les quelques puissantes Maisons indépendantes comme Albin Michel ou Actes Sud feront la loi et laisseront peu de places aux petits.
Mais il y a tellement de livres que quelques gros poissons peuvent passer à travers des mailles du filet. La pression sur la profession dans le domaine de la distribution sera clé. 

En 2022, les locomotives sont encore là,  Amélie Nothomb, Virginie Despentes, Emmanuel Carrère... mais ce qui caractérise cette rentrée, ce sont des auteurs sans doute plus discrets, moins connus mais solides qui pourraient créer des surprises et révéler quelques pépites. Paris ouverts, donc.

La première sélection du Prix Goncourt 2022 : 

- Muriel Barbery, Une heure de ferveur, Actes Sud 
- Grégoire Bouillier, Le cœur ne cède pas, Flammarion 
- Nathan Devers, Les liens artificiels, Albin Michel 
- Giuliano da Empoli, Le Mage du Kremlin, Gallimard 
- Carole Fives, Quelque chose à te dire,Gallimard 
- Sabyl Ghoussoub, Beyrouth-sur-Seine, Stock 
- Brigitte Giraud, Vivre vite, Flammarion 
- Sarah Jollien-fardel, Sa préférée, Sabine Wespieser 
- Cloé Korman, Les Presque Sœurs, Seuil 
- Makenzy Orcel, Une somme humaine, Rivages 
- Yves Ravey, Taormine, Éditions de Minuit 
- Pascale Robert-diard, La petite menteuse, L’Iconoclaste 
- Emmanuel Ruben, Les Méditerranéennes, Stock 
- Monica Sabolo, La vie clandestine, Gallimard 
- Anne Serre, Notre si chère vieille dame auteur, Mercure de France

La première sélection du Prix Renaudot 2022

-  Emma Becker : L'Inconduite,(Albin Michel)
- Grégoire Bouillier : Le Coeur ne cède pas,  (Flammarion)
- Antoine Choplin : Partie italienne,  (Buchet-Chastel)
- Sandrine Collette : On était des loups,  (JC Lattès)
- Nathan Devers  : Les Liens artificiels, (Albin Michel)
- Sybille Grimbert : Le dernier des siens,  (Anne Carrière)
- Hubert Haddad : L'Invention du diable,  (Zulma)
- Claudie Hunzinger : Un chien à ma table,  (Grasset)
- Sylvie Le Bihan : Les Sacrifiés, (Denoël)
- Simon Liberati : Performance,  (Grasset)
- Laurence Nobecourt : Opéra des oiseaux,  (Grasset)
- Christophe Ono-Dit-Biot  : Trouver refuge, Christophe Ono-Dit-Biot (Gallimard)
- Michel Quint  : La Printanière, (Serge Safran)
- Yves Ravey  : Taormine, (Minuit)
- Monica Sabolo : La Vie clandestine,  (Gallimard)

 

La première sélection du Prix Médicis 2022 

La première liste du Prix Médicis sélectionne quelques romancières habituées des rentrées littéraires mais aussi beaucoup de jeunes écrivains, auteurs d'un premier ou d'un deuxième roman. 
Virginie Despentes laissée à l'écart par les autres jurys littéraires concourra donc pour le Médicis.

- Claire Baglin : En Salle,  (éd. de Minuit)
- Emmanuelle Bayamck-Tam : La Treizième Heure,  (POL)
-  Diaty Diallo : Deux secondes d’air qui brûle, (Seuil)
- Virginie Despentes : Cher Connard,  (Grasset)
- Claudie Hunzinger : Un Chien à ma table,  (Grasset)
- Victor Jestin : L’Homme qui danse,  (Flammarion)
-  Tristan Jordis : Le Pays des ombres, (Stock)
- Cloé Korman : Les Presque Sœurs,  (Seuil)
- Emma Marsantes : Une Mère éphémère,  (Verdier)
- Catherine Millet : Commencements,  (Flammarion)
- Polina Panassenko : Tenir sa langue,  (L’Olivier)
- Olivia Rosenthal : Un Singe à ma fenêtre,  (Verticales)
-  Monica Sabolo : La Vie clandestine, (Gallimard)
- Anne Serre : Notre si chère vieille dame auteur,  (Mercure de France)
- Anne-Sophie Subilia : L’Epouse,  (Zoé)

La première sélection du Prix Femina 2022

Romans français

- Miguel BONNEFOY, L'inventeur (Rivages)
- Grégoire BOUILLIER, Le cœur ne cède pas (Flammarion)
- Thierry CLERMONT, Long Island Baby (Stock)
- *Sandrine COLLETTE, On était des loups (JC Lattès)
- *Brigitte GIRAUD, Vivre vite (Flammarion)
- *Sybille GRIMBERT, Le dernier des siens (Anne Carrière)
- *Claudie HUNZINGER, Un chien à ma table (Grasset)
- *Oriane JEANCOURT-GALIGNANI, Quand l'arbre tombe (Grasset)
- Marie NIMIER, Petite sœur (Gallimard)
- *Christophe ONO-DIT-BIOT, Trouver refuge (Gallimard)
- *Polina PANASSENKO, Tenir sa langue (l'Olivier)
- *Yves RAVEY, Taormine (Minuit)
- *Lucie RICO, GPS (POL)
- Olivia ROSENTHAL, Un singe à ma fenêtre (Verticales)
- Maud SIMONNOT, L'heure des oiseaux (l'Observatoire)
- *Anne-Sophie SUBILIA, L'épouse (Zoé)

 

 

 

 

Tout cela est fort bien, mais on ne peut qu'avoir une pensée émue pour les auteurs sacrifiés sur l'autel du commerce, les maisons d'éditions ne pouvant assurer la promotion de tous leurs ouvrages, ni les émissions radio/télé ou articles sur les livres se multiplier à l'infini. La joie d'être publié et le dépit d'être oublié seront l'apanage de bon nombre d'entre eux, mis au pilon ou au ban des écrivains. Un peu comme ces vedettes de télé-réalité auxquelles on a fait espérer un avenir de lumière et qui se retrouvent, le rêve brisé, à regretter cette période bénie où tout était à faire et à espérer, ces auteurs sacrifiés rentreront penauds après un plus court moment et se souviendront de cette époque nantie où ils partageaient leurs textes (ou non) et avaient des étoiles dans les yeux (ou sur leur copie:). Pensons donc à tous ces auteurs qui, brandissant leur rêve comme on porte l'étandard élevé, s'en iront des librairies après avoir trouvé leur livre sous les tables des promotions et des mises en avant. Souhaitons-leur de ne jamais désespérer de l'écriture. Seul le marché décide du succès, comme on décide qui est à élire, ou ce qui doit être lu sur les plages et à la rentrée. Ces listes de livres - textes sans doute de qualité – sont les choix de grandes instances qui président aux bénéfices de ces maisons d'édition commerciales. Rien de plus. Pensez à regarder sous les tables des libraires comme on aime à découvrir le fond des mers, car c'est dans les abysses que la lumière prend l'éclat singulier d'une révélation.

Publié le 15 Septembre 2022