Adolescence(s)

21 pages de Sébastien Beirnaert
Adolescence(s) Sébastien Beirnaert
Synopsis

Se replonger dans ses poèmes d'adolescence pour cesser de se renier. Ces poèmes ont été écrits il y a maintenant quelques années, pour beaucoup d'entre eux au siècle dernier. Mais ils font partie de moi, dans leur imperfection, et peut-être ont ils été écrits à une période où mon souffle était coupé, et cela se lit. Il n'y a pas de miracles. Alors je n'ai pas voulu les retravailler, parce que j'ai vieilli, parce que j'ai appris.

Seconde version du 16 mai 2014

Publié le 10 Avril 2014

Les statistiques du livre

  4055 Classement
  14 Lectures 30 jours
  3154 Lectures totales
  +92 Progression
  0 Téléchargement
  7 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

5 commentaires , 3 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Sebastien, Tes poèmes ne sont pas des poèmes d'adolescence, finalement, ils n'ont pas d'âge, ils sont riches, d'intemporalité, d'universalité, et franchement, merci, et bravo. Je viens de créer un site littéraire, et j'aimerais pouvoir y publier ces quelques pépites... Serais-tu d'accord ? Voici mon mail, nous pourrons en discuter. blog-alliteration@hotmail.com. Merci d'avance, et au plaisir de te lire à nouveau !

Publié le 07 Octobre 2015
5
Cher Sébastien, je suis touchée par la puissance de ces poèmes mais aussi troublée par la ressemblance avec certains de mes propres textes (recueil 16 ans). Mon préféré : secret de famille. Merci pour ce partage. Virginie
Publié le 31 Mai 2014

Merci Anna K pour votre commentaire juste et honnête. En effet la page blanche n'est pas très pertinente, enfin elle ne l'est que si vous choisissez un affichage en double page, comme ça, ça ressemble à un vrai livre ;) Pour le reste je suis d'accord avec vous.
Merci Océane de vous être laissée emporter par mes modestes vers.

Publié le 15 Mai 2014

Le poème le plus marquant à mes yeux est le 1er, qui illustre à merveille la fougue rétive à toute contrainte de l'adolescence. La monotonie de la rime étouffe un peu les autres, et je ne suis pas certaine du bien-fondé de laisser une page blanche entre chaque poème, d'autant plus que la plupart sont assez brefs...

Publié le 15 Mai 2014

Sophie, vieillir m'éloigne de mes 17 ans, c'est certain, apprendre m'aide à mieux comprendre les affres de la vie, et relire ces anciens poèmes me rappellent les voeux que nous formulons, et que nous ne devons pas abandonner malgré les années qui passent, et l'apprentissage parfois douloureux de la vie. Merci pour la note, le commentaire, et bon vent (est-ce cela que l'on doit souhaiter à une navigatrice ?)

Publié le 22 Avril 2014
4
As-tu vieilli parce que tu as appris... ou appris parce que tu as vieilli ? ... lol... Sophie
Publié le 19 Avril 2014

Merci pour ce commentaire qui me fait vraiment plaisir. Ces poèmes ont été écrits il y a maintenant quelques années, pour beaucoup d'entre eux au siècle dernier. Mais ils font partie de moi, dans leur imperfection, et peut-être ont ils été écrits à une période où mon souffle était coupé, et comme tu le pressens, cela se lit. Il n'y a pas de miracles. Alors je n'ai pas voulu les retravailler, parce que j'ai vieilli, parce que j'ai appris. Je trouve que j'ai bien résumé l'affaire, alors je vais reprendre ce texte pour mon synopsis. Merci de ta lecture et de ton petit mot.

Publié le 11 Avril 2014
3
Bonjour, Sébastien, il y a une vraie musicalité dans tes poèmes! On pourrait, je pense, même les mettre en chanson. Peut-être que certains poèmes toutefois gagneraient à être plus libres, parfois, la rime, même quand elle est bien trouvée, empêche l'écriture de respirer. Mais personnellement, j'ai beaucoup aimé ce recueil!
Publié le 10 Avril 2014