Interview
Du 17 avr 2020
au 17 avr 2020

Enchantement

Et si le manque de liberté n'était pas la simple entrave de nos corps. Quand il est prisonnier, l'esprit vagabonde d'autant plus. Ratianarivo Sitraka Tamby répond à notre appel à l'écriture monBestSeller "Ecoutez le silence"
La Grèce me revint à l'esprit...La Grèce me revint à l'esprit...

Le confinement enseigne à chaque être humain qu’il est fait pour la liberté

Liberté, qui raisonne si bien aux oreilles de ceux qui la proclament 

Liberté, cette grandeur de l’âme qui s’émancipe et tend vers plus grand que soi

Mais pourquoi “liberté”? 

Le confinement emprisonne le corps 

Or l’esprit, lui est libre, vagabonde, ressasse les souvenirs 

Les voyages en particulier 

La Grèce me revint à l’esprit 

Je me rappelais alors d’une visite lors d’un voyage d’études 

Je sentais le soleil puissant de chaleur irradier tout mon corps

L’atmosphère lourd, si pesant

La sécheresse nous accablait et la visite durait une éternité

Imprévisible, une fraîcheur gagna tout l’espace où nous étions

Le vent méditerranéen nous surprît

Une douceur ineffable reveilla nos sens saturés par le bouillonnement 

Le bruissement de la brise murmurait à mon ouïe

Le chuchotement des alizés étanchait presque notre soif 

Le frémissement du bourrasque désengourdît tous nos membres 

Notre peau revint à la vie

Au loin, le tintamarre des cloches, des cris d’enfants, des clapotis de l’eau

Toutes ces joies d’être dehors

Les cordes du bouzouki

Une par une,  trémultait dans mon esprit 

Un bref soupir de sérénité 

Mes yeux se rouvrirent face à la fenêtre de ma chambre à coucher

Ouverte

Elle donne sur une cour et une rue ensoleillée 

Pourtant, elle donne aussi sur un amas de réminiscences, de souvenances et d’impressions

Une impression ancrée que le corps est reclus

Or l’esprit, lui est libre, vagabonde, ressasse les souvenirs 

Une liberté presque... saisissable       

                                               

                                                                                             Mme Ratianarivo Sitraka Tamby

@Ratianarivo Sitraka Tamby, un hymne à la liberté qui ramène aux magnifiques souvenirs d'un voyage d'études en Grèce.
Oui, si le confinement emprisonne le corps, l’esprit lui est libre, vagabonde, ressasse les souvenirs, des souvenirs qui ont pour noms le bruissement de la brise, le chuchotement des alizés, le frémissement de la bourrasque, le tintamarre des cloches, les cris d'enfants, le clapotis de l'eau.
Une manière originale d'évoquer le silence du confinement en lui opposant la liberté et tout ce que cette liberté avait permis de percevoir.

Publié le 19 Avril 2020