Interview
Le 09 aoû 2022

Hachement facile !

"Rien ne s'est passé comme prévu". Une leçon complète pour un élève à former. complètement. La participation de Tiol à l'appel à l'écriture monBestSeller sur le thème

Imanol présenta son atelier :

— Aujourd’hui : la hache ! 

Et il désigna une énorme souche de bois derrière lui où était plantée une hache.

«Quand on taille du bois, l’important, c’est la position. Il faut être efficace sans se mettre en danger. Donc, je te montre et après, tu t’y colles. 

— Mais vous vous rendez compte de comment c’est trop dangereux comme activité, ça ? l'interrompit Antoine, paniqué. J’ai que quinze ans, moi. Je veux pas perdre une jambe ou un truc comme ça. Parce qu'en plus, je vais pas m’en servir, du bois, moi. On est en été !

— Dis donc, on m’a demandé de t’apprendre des trucs, je t’apprends des trucs. Si t’es pas content, c’est pareil !

En prononçant ces derniers mots, Imanol abattit la hache sur la souche au sol, ce qui fit sursauter le lycéen. 

L’adulte aguerri fit sa démonstration avec aisance en donnant tous les conseils utiles. Puis il céda sa place à Antoine, plutôt frileux. L'adolescent enfila des lunettes de protection et installa une bûche de bois sur la souche. Fébrile, il leva la hache, transpira abondamment et abaissa l'outil en fermant les yeux pour ne pas voir l’horreur éventuelle de son corps massacré. 

La hache fendit la bûche en deux et s’enfonça dans la souche. Il y eut deux secondes de silence puis Antoine poussa un cri de victoire : « Yes ! ». 

Imanol souffla et le questionna :

— Mais pourquoi t’as fermé les yeux ? Tu te rends compte que t’aurais pu te taillader le tibia et le péroné, là ?

— Mais non, vous inquiétez pas, je gère. Allez-y, je suis chaud. Passez-moi une autre bûche !

Et le formateur installa une autre bûche, puis encore une autre. Et il continua ainsi avec tout le bois qu’il avait prévu de couper ce jour-là. Antoine se découvrit une passion pour ce travail physique et tellement masculin à ses yeux. Il avait l’impression d’être « un homme, un vrai. » L’adolescent, fier de lui, posa son outil sur le sol et prit une pose de chasseur avec son gibier :

— Alors ? Est-ce que j’suis pas impressionnant, quand même ?

  Et Antoine souleva la hache du sol pour la planter dans sa souche mais, oubliant que la hache n’était enfoncée dans aucun bois à ce moment-là, il mit trop de force pour la soulever…

Après quelques instants, quand l'adolescent releva enfin son visage, Imanol eut un mouvement de recul tellement la bosse qui était en train de pousser sur son front était impressionnante.

— C’est rien, mentit-il. C’est juste une bosse de rien-du-tout. Tu t’es pas coupé. Bon, va t’asseoir sur le canapé avec de la glace. Je vais finir tout seul.

— Pourquoi vous voulez que je mange une glace maintenant ? Faut m’emmener aux urgences, là, non ?

Imanol expira fort.

— Je veux pas que tu manges une glace, Brilili ! Je veux que tu prennes trois-quatre glaçons dans le congélateur et que tu te les mettes sur le front. On va pas aux urgences pour une bosse, non.

— Vous êtes sûrs ? Et si j’ai un traumatisme crânien ? 

— T’inquiète ! Si c’est le cas, personne verra la différence. Allez, va t’asseoir, Charly Ingalls.

Antoine obéit, dubitatif. Il empoigna quatre glaçons dans le congélateur et il se les appliqua sur le front en exprimant franchement sa douleur. Au bout d'un moment, le blessé cria :

— Je sais pas si c’est suffisant, la glace.

— Y a rien de mieux pour empêcher une bosse ou un hématome de grossir. On a aussi une pommade contre les coups et un cachet pour la tête si t’as mal.

— Ouais, je veux bien. En tout cas, c’est pas pratique, votre glace. Déjà, j’avais mal à la tête, mais en plus, j’suis trempé maintenant. 

Imanol pivota vers le jeune. Il opina du chef :

— Ah oui… La prochaine fois, il vaudra mieux mettre la glace dans un chiffon avant de la poser sur la bosse. Tu verras, ça coulera moins.

— … Vous l’avez pas dit.

— C’est vrai. Je l’ai pas dit.

Et Imanol tendit les produits pharmaceutiques à Antoine, en précisant :

— Juste en cas : la pommade, c’est sur le front et le cachet, c’est dans la bouche.

— Pfff… C’est malin, lui répondit le lycéen en s’égouttant la main.

 

 

Ce qui est intéréssant c'est les constructions que le lecteur se fait...un adolescent craintif, une hache, des buches à couper un instructeur...on pense hémoglobine et puis non un simple bobo... Oui bien joué pour l'humour et la créativité,vous avez su garder le lecteur que je suis, captivé. M.B.Y

Publié le 28 Août 2022

"la pommade, c’est sur le front et le cachet, c’est dans la bouche." XD <3
J'ai bien aimé cette lecture :-)

Publié le 11 Août 2022

Et voilà. Avec un merlin, ça ne serait jamais arrivé.

Publié le 09 Août 2022

Une bonne idée @Tiol que ce "Hachement facile" pour écrire sur le thème "Rien ne s’est passé comme prévu". Pourquoi pas ?
Félicitations, moi je n’ai encore rien trouvé.
Avec toute ma sympathie. MC

Publié le 09 Août 2022