Le bifteck et le mascaret

4 pages de monBestSeller
Le bifteck et le mascaret monBestSeller
Synopsis

Coupable d'être heureux, coupable d'être né dans le bon pays, dans la bonne ville, coupable d'avoir trouvé l'amour, coupable d'avoir de l'argent dans un monde qui souffre, coupable d'être en bonne santé. Le monde regorge de coupables. La nouvelle de jbtanpi sur l'appel à l'écriture monBestSeller Faux coupable.

Publié le 14 Juin 2021

Les statistiques du livre

  914 Classement
  47 Lectures 30 jours
  341 Lectures totales
  +39 Progression
  0 Téléchargement
  0 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

1 commentaires
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Kroussar-JCF
Merci ! Vous avez trouvé deux coupables. Je peux en ajouter un troisième : l’auteur du texte qui a mis tout ce temps pour répondre à votre aimable commentaire. Oui, j’adore jouer avec les mots, c’est un merveilleux outil pour réveiller une imagination paresseuse.

@Michel CANAL
Votre commentaire m’a fait réfléchir. Très égoïstement, je n'avais pas fait le lien entre le plaisir du consommateur de viande et les conditions sordides de l'élevage ou de l'abattage des animaux. De toute façon, n'importe quel être vivant doit en tuer un autre pour se nourrir, et il me paraît juste (si on a le choix) de le faire aussi "proprement" que possible. Merci de me l'avoir rappelé.
J'ai voulu jouer avec les deux sens du mot "coupable" en souvenir d'un spectacle de cirque où le clown au nez rouge veut faire condamner un bifteck qu'il n'arrive pas à couper. "Fais gaffe, lui répond le clown blanc, ton bifteck est coupable de ne pas être coupable, et c'est toi que le juge va condamner parce que tu te moques de lui. Outrage à magistrat dans l'exercice de ses fonctions. Ouh! la! la!".
J’ai vu ce spectacle à 7-8 ans pendant une époque troublée (juste après la fin de la guerre de 1939. En ce temps-là, on aurait pu dire : « les traîtrises sont trop nombreuses et c’est très triste »). Il m’en reste peu de souvenirs., sauf celui que j’ai publié en 2019 sur mBS (ma nouvelle « Louisette ») Merci à tous ceux (Fanny, Fernand et quelques autres qui l’ont généreusement noté et commenté. Aie !, je n’ai pas encore répondu à tous…).
Je crois que je n’ai jamais réussi à m’adapter vraiment au monde des adultes. Je préfère encore me réfugier dans le passé car j’ai beaucoup de mal à me projeter dans le monde actuel. J’aime bien jouer avec les mots pour le plaisir, mais avec une prudence extrême, car je sais que certaines paroles font très mal, et d’autres coûtent très cher.

@Trisha E.
Bonjour Fanny. Vous avez raison, il ne faut pas se laisser emporter par le sentiment de culpabilité qui nous ronge parfois. Par exemple à la suite d’une parole malheureuse ou d’une promesse non tenue. Mais le mal est fait, et il n’est pas toujours possible de le réparer. Le doute et la culpabilité agissent comme un frein, à utiliser avec modération (sous peine d’être condamné à le ronger… beurk !). Alors, laissons-nous porter par ce qui est bon quand ça arrive… mais pas emporter.
Si vous passez un jour chez nous, je vous garantis que le bifteck sera coupable. Pas le cuisinier. Bien cordialement. jbtanpi.

@Fernand Fallou
Mon cher Fernand. Comme les gens de ma génération, je me sens (parfois) coupable de la misère et des souffrances généreusement étalées sur tous les écrans. Je suis assez vieux pour avoir connu la guerre (et les quelques années qui ont suivi) quand j’étais un enfant : l’absurdité, les horreurs, les trahisons, les privations… mais aussi l’amour et la bienveillance de ma famille et de pas mal d’autres personnes qui ont réussi à surmonter leur désarroi et m’ont permis de vivre (assez bien) jusqu’à présent.
Mon vrai nom, c’est Jean-Pierre et vous connaissez mon âge. Mon pseudonyme Jean-Baptiste (dit Baba) est beaucoup plus jeune… et il a tendance à retomber dans les souvenirs d'enfance ou d’adolescence de Jean-Pierre, ou dans ses fantasmes, obsessions et idéologies préférées.
Il me semble d’ailleurs que les fantasmes des garçons n’ont guère changé. Ni ceux des filles. Contrairement à la technique et à la moralité dominante de l’époque et du lieu.
Ce qui a changé, c’est le regard du monde qui nous entoure, et en particulier celui des caméras des téléphones portables et autres objets connectés. Et peut-être aussi le mien ! Bien amicalement.
Jean-Pierre.

@BertheC, je vous souhaite une bonne lecture !

Merci à tous et à @monbestSeller

Publié le 21 Août 2021