Derniers soupirs (2010-2019)

111 pages de Josselyn Pagliarini 03-DS
Derniers soupirs (2010-2019) Josselyn Pagliarini 03-DS
Synopsis

Quand on se focalise sérieusement sur la malchance d’être, on ne la voit plus comme le fruit d’un gigantesque hasard, mais plutôt comme le résultat d’une suite logique, une probabilité parmi d’autres. On se considère alors soi-même comme un produit banalement unique, d’une triviale originalité, une singularité ordinaire.

(Le troisième volet de la trilogie "Le nécronologue")

Publié le 08 Juillet 2019

Les statistiques du livre

  2271 Classement
  26 Lectures 30 jours
  932 Lectures totales
  +37 Progression
  0 Téléchargement
  5 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

6 commentaires , 2 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Dans mon roman, D.E.X, la question du libre arbitre joue un rôle crucial. Je pense qu´avec le transhumanisme, la question se fera de moins en moins abstraite.

Publié le 11 Novembre 2021

@Eric Brambilla
Yep, c'est bien dommage. D'ailleurs, cela me fait penser que je voulais regarder si je ne pouvais pas partager mes bouquins gratuitement ailleurs…
En revanche tu peux quand même consulter mes 3 bouquins sur mon blog en pdf.(https://josselynpagliarini.blogspot.com/)

Comme le reste du livre, le "long" texte sur le libre arbitre (page 35) qui t'intéresse reste à peaufiner… En gros, j'ai pris un texte qu'on trouve sur un site de philo et sur wikipedia, et je m'en amuse avec toute la méchanceté dont je suis capable car je le trouve complètement débile.
En conclusion, j'explique que le libre arbitre, c’est la définition du Robert, et pas grand-chose d’autre, surtout pas tous les délires auxquels on nous habitue…

"Ainsi la notion de “libre arbitre” souffre-t-elle de la même pathologie que la notion de “liberté” : quand on en parle, on ne sait pas vraiment de quoi on parle, si ce n’est de son contraire (respectivement, soit de la contrainte, soit de l’enfermement.) Rien de vraiment “nouveau” finalement avec ces concepts de “liberté” et de “libre arbitre”, juste des antonymes partis en vrilles, dont on a oublié le sens premier, égarés, possédés par des démons débiles, prêts à creuser au fin fond de l’insanité, de l’hallucination collective qui n’aboutit nulle part, qui n’a aucune raison d’être, dont on devrait se foutre royalement, mais dont on nous fait passer les délires à leurs propos pour des raisonnements utiles et rationnels. )."

Publié le 11 Novembre 2021

La lecture de ce livre est désactivée. Quel dommage!

Publié le 03 Novembre 2021

Cette fois-ci, c'est du sérieux : enfin, ça ne ressemble plus à un brouillon et je suis très très proche d'une version "définitive" (sachant que le concept de ce 3e bouquin est particulier : il n'est pas censé avoir de fin. Pour l'instant, il est en 2 parties, mais en théorie, il pourrait il y en avoir d'autres, autant que je le souhaite.)

Publié le 10 Septembre 2021
4
Bonjour, Votre oeuvre philosphique décrit une vision critique et constructive du monde contemporain. Certains raisonnements sont fort intéressants et permettent une analyse différente de certains problèmes de nos sociétés contemporaines. Sommes-nous vraiment libres ? Je vous l'accorde que la question reste ouverte. Nicola Niclass www.amazon.fr
Publié le 25 Juillet 2021

@Pascal.S On est bien d'accord que je ne suis pas Cioran ? Juste un émule.

Publié le 05 Septembre 2019
4
Décidément ce Cioran que je ne connaissais pas bien, a une vision pour le moins pessimiste des choses mais certains diront aussi réalistes. En tout cas je fais partie de ceux qui pensent que tout n'est pas à jeter chez Cioran et qu'il ne dit pas que des bêtises! Certains de ses propos ont résonné en moi et m'ont poussé à remettre en question mes opinions, mes pensées et croyances. Voici lesquels exactement: -"Comment pouvons nous affirmer que nous sommes bien réels alors que très prochainement nous n’existerons plus, que nous allons rejoindre nos aieux dans l’oubli le plus complet et le néant le plus parfait », page 4. Il n'a pas tort, l'idée de tomber dans l'oubli et le néant le plus parfait, me déprime à l'avance! - "A quoi bon vivre quand on n’a aucun talent et quand on végète dans la médiocrité sans le moindre espoir d’en sortir? "page 5 : c'est une pensée qui a tous et toutes pu nous traverser dans des moments difficiles de nos vies. -"Les hommes ont besoin de rêver paraît-t-il . En tout cas c’est ce que j’entends partout en ce moment. A mon avis ce dont les gens ont surtout besoin, c’est d’échapper au réel", page 5, que c'est bien vrai et vu! -"Un être qui crée, c’est un homme qui ne s’aime pas" page 5, en effet je ne suis pas certain que tous les artistes s'aiment profondément. -« Pour que l’homme ait moins peur de ce qu’il ne comprenait pas, il lui fallut inventer un dieu qu’il ne pourrait jamais comprendre » page 6, moi qui suis croyant à mes heures, j'avoue que cette pensée m'a souvent traversé l'esprit au cours de ma vie. -« Dieu est une invention qui permet au croyant de combler son besoin d’adorer. Elle lui permet aussi d’étancher quelque peu sa soif démesurée de se sentir aimé. De plus en vénérant un Dieu, le croyant peut s’adorer à travers lui tout en escamotant sa propre insignifiance", page 11; C'est vrai que selon moi l'être humain a un besoin viscéral de se sentir aimé, a-t-il inventé Dieu pour être aimé d'une façon inconditionnelle? -"On aime une chose ou une personne, non pas pour ce qu’elle est mais pour l’état physiologique dans lequel elle nous installe", page 20: c'est bien vu car lorsqu'on est amoureux d'une personne cela nous procure des sensations plus qu'agréables mais pour autant aime-t-on vraiment la personne pour ce qu'elle est? -"La croyance en Dieu qui semble au premier abord une opinion positive, c’est en réalité avant tout le produit d’une négation : c’est le refus de penser que l’on va mourir et que la vie est absurde", page 20; A-t-il totalement tort lorsqu'il dit cela ce Cioran ou n'a t-il pas une petite part de lucidité? -"On vit, on meurt et tout cela n’a aucun sens. Une éternité nous précède, une autre éternité nous succèdera : entre ces 2 infinis, une courte existence tout aussi absurde que dérisoire", page 31. Façon très négative et très triste de voir les choses mais il est vrai que si on réfléchit trop, ce type de pensée peut venir légitimement faire son apparition dans notre esprit.
Publié le 14 Août 2019

Tant que ce livre n'est pas terminé, il est toujours vivant, il évolue.

Publié le 23 Juillet 2019