Le coup de force salutaire

22 pages
Extrait
de Krimo Benzraïga
Le coup de force salutaire Krimo Benzraïga
Synopsis

Fiction basée sur la crise traversée par l'Algérie à l’heure où le prix du brut atteint des tarifs jamais égalés. Les ringards du régime maffieux ont puni le peuple à la misère. Géré par de véreux nostalgiques, le pays est au bord du précipice. L’émergence de caste de milliardaires en dollars : corruption, détournement, surévaluation marchés publics et importations. Cour des Comptes en veilleuse, une justice aux ordres, des Services de sécurité traquant le terrorisme qui conteste l’ordre établi. Parlement-sénat hors jeu. Aucune réaction. pas de commission d’enquête en dépit des scandales (Sonatrach-Autoroute-Sonelgaz). Le triumvirat a projeté de renverser le régime qui a trahi les idéaux de Novembre, pour rétablir : la justice, les droits du citoyen, et la séparation des pouvoirs.

Publié le 07 Juillet 2015

Les statistiques du livre

  4531 Classement
  8 Lectures 30 jours
  1719 Lectures totales
  -389 Progression
  0 Téléchargement
  2 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

2 commentaires
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Bonjour. Pour connaitre un peu l'Algérie, je comprends les souffrances de ceux qui voient leurs pays s'enfoncer dans un marasme politique , économique et social ; C'est une grande imposture alors que toutes les cartes sont là pour décoller. Quant à votre récit, il est truffé de références justes. Il y a cependant quelque chose qui me gêne : c'est la césure entre "essai politique" et "roman", on ne voit pas clairement la lisière. Soit c'est un" essai "et vous faites de la politique, soit c'est un "roman" et vous racontez une histoire sans jugement "apparent". Voila c'est mon opinion. C'est en tout cas formidablement intéressant de lire des propos libres comme cela ici.

Publié le 08 Août 2015

Ce roman sera suivi de quatre autres qui traitent de la confiscation du pouvoir par une bande maffieuse qui a été désignée à la tête du pays pour briser l'ambition d'un peuple, qui n'est pourtant pas trop exigeant . Il veut juste vivre libre et indépendant. Il a soif d'une justice impartiale, recouvrer, ses droits élémentaires et la séparation des pouvoirs. Depuis que le régime est en place, la constitution a été révisée trois fois, sans consultation du peuple. A chaque modification les pouvoirs de l'Exécutif sont renforcés au détriment des droits des citoyens qui se rétrécissent comme une peau de chagrin. Maintenant tout est verrouillé. Un président hors-jeu détient tous les pouvoirs : exécutif - législatif - judiciaire. les médias publics et privés sont entre les mains de la junte qui gère le pays selon la direction du vent. La publicité est devenu un outil de chantage celui qui a une vision différente de celle du régime maffieux est privé de publicité. Un premier ministre, sans pouvoir de décision, d'ailleurs c'est mieux qu'il en soit ainsi, il décide une chose et fait son contraire. Le délit de parjure n'existe pas en Algérie !!! ? Aucun débat sur l'Etat de la Nation depuis une dizaine d'année. Que faut-il attendre d'un régime, qui avec une cagnotte de plus mille miiliards de dollars, n'a pas avancé d'un iota, bien au contraire, le pays a regréssé dans tous les domaines, éducation, santé, emploi, droits de l'homme, justice sociale. Il n'ya que les ministères  de la defense et celui de l'intérieur qui recrutent ... uniquement la repression... Tous les parents d'élèves doivent payer des cours privés à leurs enfants pour les mettre à niveau, quant à leur progéniture elle est formée dans les grandes écoles occidentales aux frais du contribuable. Les ministres dès qu'ils ont remerciés s'installent à l'étranger "chez eux". Le montant du change accordé, une fois par an aux algériens, s'élèvent à 120 Euros, il est de mille Euros au Maroc et cinq cent Euros en Tunisie. Des pays qui ne sont pourtant pas aussi riche que l'Algérie. La seule différence, la richesse de ces pays, provient du fruit du travail, d'une production réelle, celle de l'Algérie consiste à distribuer la rente pétrolière à la famille, aux amis et aux troubadours du régime, la seule exigeance c'est d'être soumis corps et âme. Ainsi les portes de la richesse vous sont ouvertes : la corruption, les retrocessions de commissions, la surévaluation des marchés publics attribués de gré-à-gré et des importations, affectation de monopoles entiers aux barons du régime, la fraude fiscale, le délit d'initiés, au détriment du peuple ! Aucun pays ne vous respecte ! Le livre Paris-Alger de Christophe Dubois en est la parfaite illustraction. D'ailleurs, aucune réaction officielle !!! Quand la parole est d'or, le silence est d'argent, n'est-ce pas,  Monsieur le Président ? Monsieur le Premier Ministre ? Messieurs les députés, les sénateurs, les procureurs, les juges ? Les leaders de partis au Pouvoir ?... 

Publié le 13 Juillet 2015