Auteur
Du 10 Jan 2022
au 10 Jan 2022

Une nuit au théâtre

L'unité de temps et de lieu doivent être respectées au théâtre comme dans la vie. Mais il ya des exceptions quand l'espace temps est l'au-delà. Une contribution de Boris Phillips à l'appel à l'écriture monBestSeller : Rencontres.
La nouvelle de Boris Philips pour l'appel à l'écriture monBestSeller : Rencontre(s)La nouvelle de Boris Philips pour l'appel à l'écriture monBestSeller : Rencontre(s)

Une nuit au théâtre

C’était pendant l’horreur d’une profonde nuit… Bien sûr, mon cher vieux complice en théories philosophiques aléatoires, j’exagère puisque lorsque tu m’apparus tu n’avais rien d’un " ... horrible mélange d’os et de chairs meurtris et trainés dans la fange… " ; bien au contraire ! D’un autre côté, ce ne fut pas non plus aussi désopilant que l’aurait été un long métrage inspiré par les Marx Brothers.

Ah ! là, j’ai la nette impression de mettre la charrue avant les bœufs… ou le manche avant la cognée. Autrement dit, d’aller droit au dénouement sans avoir exposé les préliminaires.

*

Nostalgique des raouts réunissant périodiquement en ton domicile ton éclectique cercle amical, j’avais eu l’idée de te contacter à nouveau. Un célèbre réseau social m’apprit que tu aurais déclaré il est temps que je me barre avant de partir – dans la plus grande dignité – vers une Lumière qui t’avait toujours fasciné.

Te dire que je me suis pris la nouvelle en plein dans la tronche n’est qu’un pâle euphémisme. Notre dernier entretien téléphonique me revint en mémoire. À ton affirmation que tu allais bientôt reprendre tes valises, je n’avais trouvé à répliquer qu’une facile pirouette : « Ô mon Irascible Vieillard. Les voyages formant la jeunesse, tu as bien raison à ton âge de renouer avec cette activité … fais gaffe quand même ! » Peut-être avais-je eu tort de ne voir en ta phrase qu’une de tes habituelles facéties langagières !

*

Dans mon songe, une intense lueur solaire baignant la cavea d’un lieu ressemblant au théâtre antique de Vaison la Romaine succéda à la pénombre de l’escalier intérieur qui m’avait permis d’y accéder.

La prestation, clairement audible, du rhéteur se produisant sur le proscænium ne retint pas le moins du monde mon attention : je n’étais pas venu pour l’écouter, mais pour te retrouver !

Il me fut aisé de te repérer parmi la multitude studieuse : au-dessus d’une zone toute proche des niches du pulpitum, les quatre couleurs des horizons chamaniques palpitaient en se relayant suivant un rythme soutenu.

Ai-je, pour te rejoindre, descendu les gradins depuis l’ultima cavea jusqu’à la prima cavea en marchant ou en lévitant ? ce détail a-t-il d’ailleurs la moindre importance ?

Alors que je m’agrégeais au nimbe qui t’entourait, les éléments extérieurs semblèrent se dissoudre, happés par le néant, nous laissant face à face.

Tu étais tel que je t’avais connu à l’époque où – avec Georges et Luis – nous nous réunissions pour d’amicales agapes afin de disserter sans fin à propos des différents aspects de la sexualité masculine : chevelure en couronne neigeuse, œil pétillant, courte barbe blanche complète, sourire espiègle et communicatif… ton passage de l’autre côté n’avait en rien altéré la bonhommie, la bienveillance malicieuse qui avait toujours émané de ta personne.

Hélas ! la jubilation que j’éprouvais à ce que nous soyons réunis se fragmenta soudain en mille éclats aussi acérés que meurtriers. Qu’est-ce qu’il lui a pris, à ton avatar chimérique, de me balancer cette phrase qu’en aucun cas tu n’aurais prononcée « Eh oui ! on est de la revue, Phiphi… C’est toi le prochain sur la liste ! » ?

*

Réveil en sursaut… Noir abyssal… Sueur froide dégoulinant dans le dos… Membres secoués de tremblements… Gorge serrée par la panique.

Je m’assois dans mon lit, balbutiant d’une voix tout sauf assurée « Tu sais, mon Pierrot, s’il est des retrouvailles que l’on peut désirer de tout son cœur, de toute son âme… on voudrait parfois qu’elles se produisent le plus tard possible ! »

 

 

Foin des commentaires lexicaux ou grammaticaux, je trouve cette histoire bien agréable !

Publié le 16 Janvier 2022

Merci, @KRYDECE, de votre poétique et indulgente mise au point quant au vocabulaire... aussi de votre appréciation.
Le maximum imposé de 4000 caractères m'a empêché de donner tous les développements nécessaires à une démonstration de l'éclectisme des centres d'intérêt de Pierre... Peut-être une autre fois, à l'occasion d'une "version longue" de cette histoire ?
Je tiens à préciser que, dans le fichier word envoyé à monBestSeller, les termes latins faisant référence aux aménagements des théâtres romains apparaissaient en caractères italiques. Il en était de même du propos prêté à l'ami disparu "il est temps que je me barre", ce qui rendait la phrase dans lequel il figure plus intelligible.
Cordialement.
Boris.

Publié le 15 Janvier 2022

Bonjour @madline @boris phillips
Prenons l'exemple de ce qui est communément appelé amour : les préliminaires nous offrent les prémices de la jouissance. les premiers fruits peuvent être inscrits avant les liminaires. il n'y a pas de quoi fouetter un chat ou autre être, même en beau ris-que. sinon, j'ai bien apprécié cette sortie théâtrale onirique qui nous fournit nombre de termes attachés à ce domaine, ; évidemment, mais est-ce la rançon de la longueur choisie, nous atterrissons un peu vite, mais bravo l'originalité.

Publié le 14 Janvier 2022

Très cher @madline... ou d'ailleurs qui que vous soyez.
Que serait @monBestSeller sans vos nombreuses et toujours pertinentes autant que désintéressées interventions ?
Surtout, que serais-je sans elles qu'un insignifiant plumitif de province à la plume au bois dormant ?
Quant à moi - preuve, sans doute, de ma totale incompétence lexicale - il m'avait semblé, dans le cas précis qui nous occupe, que la nuance entre les deux termes était assez ténue et que si aucun n'était strictement conseillé, aucun n'était formellement prohibé !
Toutefois, ne voulant pas porter ombrage à votre ego littéraire surdimensionné, je rends grâce à votre éclairant commentaire en me prosternant devant vous. Prenez ce fouet que je vous tends et fustigez-m'en jusqu'au sang... voire aux os !
Avec une cordialité fort mitigée et un humour quelque peu grinçant.
Boris Phillips.
P.S. Ne prenez pas la peine de me répondre, je ne mérite ni cet honneur, ni cette indignité.

Publié le 13 Janvier 2022