Auteur
Du 28 nov 2022
au 28 nov 2022

Regard sur un livre : Le Noël de Madame Poigret

Il y a plusieurs manières de défendre les femmes. Le style "me too", efficace et combatif et le style Dumond efficace et subversif. Mais surtout beaucoup plus marrant. Et si les femmes des grands héros avaient-elles aussi la capacité à investir le domaine de leur mari.... Le Noël de Madame Poigret (entendez Madame Poirot/ Maigret) l'illustre. Hilarant et léger malgré le canard...

On connaissait le commissaire Jules Maigret, protagoniste et héros de 75 romans et 28 nouvelles de Georges Simenon. Personnage de fiction « plus vrai que nature », dont la vie de papier nous est révélée dans le détail, au fil des épisodes. Et, parmi ces « détails » : Louise, madame Maigret, parfaite femme d’intérieur, parangon de patience, une seule fois enquêtrice dans L’amie de madame Maigret. Mais excellente cuisinière ! reine du foie de veau en papillote.

Tout cela était sans compter avec Fanny Dumond, fan de Simenon. Plus que fan : Simenon est son mentor en écriture. Grand écrivain selon André Gide, mais alors, quel misogyne ! Pourquoi avoir marié Maigret, si c’était pour laisser cette pauvre Louise dans l’ombre ? Elle qui est toujours aux petits soins avec son commissaire de mari, qui lui mitonne de bons petits plats pour entendre : « chérie, ne m’attends pas pour dîner, une affaire m’appelle » ?

Début 2021, Fanny Dumond décide que cela ne peut plus durer et donne naissance à madame Poigret (Poi pour Poirot Hercule et gret pour Maigret).

Et depuis, ça y va ! Le Noël de madame Poigret est le huitième opus.

L’histoire commence l’avant-veille de Noël, en gare de Colmar. Louise et sa sœur Hortense attendent Poigret qui, bien entendu, est retenu au 36 par une nouvelle affaire. Sera-t-il de retour pour le réveillon ? Et plus important que tout : que fera-t-on à dîner ? Dans ces trois premiers chapitres, au bout desquels, on le sait, ce ne sera ni canard ni dinde, mais des petites cailles qui atterriront sur la table, on découvre deux sœurs, et le monde de Maigret entièrement réinventé par Fanny. Un monde vu de l’autre côté de la lorgnette : drôle, facétieux et rempli de générosité. Le style enlevé, simple, et les phrases, comme les images qu'elles véhiculent, rapides et claires offrent une « lecture plaisir », donnent envie de vite connaître la suite, laquelle ne tarde pas.

Chapitre 4, grand coup de volant pour sortir de la route goudronnée : Hortense s’est portée volontaire pour installer la crèche de l’église. Mais là, surprise, le petit Jésus s’est fait la malle… en tout cas, il a disparu.

Première enquête pour Louisette, rondement menée. Et comme on a quitté la route principale, autant batifoler dans les chemins de traverse. Elle y va, Fanny, sans compter : délire assuré.

Chapitre 6 : à peine le temps de déguster un bon chocolat chaud, et de glisser vers un petit roupillon au-dessus d’une grille de mots croisés, et hop, c’est reparti. Entre la préparation de ses petites cailles et la mise en route de ses bredels, kouglofs, et autres bretzels, Hortense a le temps de révéler à Louisette que du sérieux se trame dans la maison d’en face, du lourd cette fois-ci.

Voilà notre enquêtrice sur la piste d’un gros mystère, bien plus gros qu’il n’y paraît. Mais là, je ne peux plus rien dire, parce que

Le Noël de madame Poigret se lit d’une traite. Une trentaine de minutes de pur divertissement. Et pour les fans de Maigret, le texte est truffé de références, de clins d’œil, de révélations aussi (car Fanny nous fait découvrir un probable envers du décor de la série des commissaires Maigret), persillé d’anachronismes délirants qui dévoilent toute la capacité d’auto-dérision de l’auteur.

Il ne restait qu’un seul mystère pour moi en fin de lecture : pourquoi le canard occupe-t-il une place aussi importante dans cette enquête ? Alors, bien entendu, je suis allée lire madame Poigret et son canard, l’opus précédent : du pur déli(c/r)e. Voilà comment on devient accro : encore six opus à lire !

C.V.

 

Le Noël de madame Poigret.

Fanny Dumond

@Kroussar Bonsoir cher Jean-Claude. Sachez que je suis très touchée par vos compliments et je vous en remercie infiniment. J'espère de tout mon cœur que vous et votre famille, vous portez bien et je vous envoie ma très sincère amitié, là-bas, dans votre beau pays. Avec beaucoup d'avance, je vous souhaite de bonnes fêtes, en janvier, si je me souviens bien. Patricia

Publié le 02 Décembre 2022

@Kroussar
Bonjour Jean-Claude.
Amitiés également. Content de savoir que vous êtes toujours attentif à ce qu'il se passe sur mBS.
Philippe

Publié le 02 Décembre 2022

Franchement ce billet me fait extrêmement plaisir, et me convaincrait presque de reprendre mon activité de lecteur ! Car chez Madame Patricia, il y a un potentiel et, surtout, une volonté de combattre les injustices... Amitiés à vous trois : Catarina, Philippe et Patricia...

Publié le 02 Décembre 2022

Bonjour ! Revenue de votre fort sympathique surprise, je vous remercie beaucoup, beaucoup @Catarina Viti @Philippe De Vos, @monBestSeller pour vos regards sur mon livre. Quand le besoin urgent se fait sentir de m’évader de ce monde, durant quelques heures, je m'enferme dans une bulle et je laisse mon imagination prendre le pouvoir et je m’éclate dans la rigolade pour aborder des sujets tels que la sororité, l’entraide et le soutien désintéressés, la connivence amicale, voire fraternelle avec mes belles rencontres sur le site. Dans votre mise en avant de cet opus et du 7ème, je me suis découverte et j’aurais presque l’envie de me lire, comme si j’ouvrais le livre d’un auteur inconnu. Oups ! C’est pourtant durant les canicules que j’ai les chevilles qui enflent. Je suis ravie et pas peu fière de savoir que je peux communiquer ma joie de vivre et donner le sourire à mes lecteurs pour quelques instants dans mes textes courts. Catarina, je loue votre initiative et je suis ravie d’apprendre que je pourrai vous faire parvenir mes coups de cœur de lecture, parfois ignorés, afin de les sortir de l’ombre, tel que je l’ai fait pour madame Maigret. Je souhaite une excellente fin d’année à toute la communauté et que l’année 2023 nous retrouve avec nos élans créatifs. Bien cordialement. Fanny tout émue.

Publié le 29 Novembre 2022

@Philippe De Vos. Si je n'avais pas apprécié *Le Noël de madame Poigret*, et l'inénarrable *Le canard de madame Poigret*, je n'aurais pas écrit ce *Regard sur un livre*. Mais le fait est que je me suis amusée, et à la lecture et à l'écriture de ce billet.
Je ne pense pas tirer à côté de la cible en soulignant que *Regard sur un livre* est une opportunité d'éclairer (aussi) des livres qui ne sont pas dans le top 35, et qui n'ont pas fait l'objet d'une mise en avant particulière. De bonnes histoires tous genres confondus, et de toutes couleurs (graves, gais, légers, profonds, vachement bien écrits ou rédigés du mieux possible, etc.).
Si vous avez un peu de temps à consacrer à cet exercice entièrement altruiste (comment avez-vous, diantre, deviné que je me "cachais" derrière C.V. ?), n'hésitez pas. Je vous avoue que le temps est ce qui me manque un peu actuellement. Si vous connaissez d'autres livres qui pourraient m'inspirer, faites m'en parvenir le titre (faut qu'ce soit court : pas plus d'une heure de lecture, au-delà, je jette l'éponge pour la raison susmentionnée).
NB : pour calculer le temps de lecture approximatif d'un livre : nombre de mots : 300.

Publié le 29 Novembre 2022

Voici une mise en avant qui me fait grand plaisir. Pour avoir suivi, depuis le début, les aventures de Mme Poigret — comme le raconte Catarina Viti, un alliage de Poirot et de Maigret (mais qui sent plus le magret (de canard) que le poireau, jeu de mots !) — je dirais que Fanny s'y amuse tout autant qu'elle amuse ses lecteurs. Louisette, la femme de Poigret, se transforme en une miss Marple qui navigue entre ses fourneaux et fourrer son museau partout. Plutôt que d'alerter son mari, elle préfère toujours le tenir éloigné de ses propres enquêtes, jusqu'à se mettre dans des situations inextricables. Depuis quelques temps, le canard est comme qui dirait un fil rouge de l'histoire, un running gag, dont ne peut plus se passer Fanny.
Les aventures peuvent être lues dans le désordre. On notera, quand même, la première histoire qui est fondatrice de tout cela : Mme Poigret en Sardaigne. Une histoire qui fera bien rire les lecteurs de Fanny… à lire sur la page de Fanny, naturellement, celle estampillée Fanny Dumond.
Merci à @Catarina Viti de nous avoir concocté ce billet tendre sur Mme Poigret et son auteure, et de lui avoir offert une jolie couverture…
Philippe

Publié le 29 Novembre 2022