La violence du monde

282 pages de Russo
La violence du monde Russo
Synopsis

La violence exercée contre les femmes, contre les enfants, la violence que l’on fait subir à d’autres ou à soi-même !
Qui qu’en soit la victime, quelle que soit la forme qu’elle prend, elle renvoie à la Seule, l’Unique, celle Universelle : la Violence Du Monde !
Et ces quatre nouvelles originales essaient d’en témoigner !

Publié le 12 Janvier 2022

Les statistiques du livre

  585 Classement
  69 Lectures 30 jours
  1878 Lectures totales
  +32 Progression
  204 Téléchargement
  6 Bibliothèque
 

"La violence du monde" est le "Livre le +" du 31 janvier. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire. N'oubliez pas de laisser un commentaire à Russo, c’est pour cela qu’il publie ses courts romans gratuitement sur monBestSeller.

Publié le 31 Janvier 2022

Ce livre est noté par

6 commentaires , 2 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Philippe G.
Bonjour et désolé de m'être trompé d'interlocuteur ; ce qui heureusement ne vous a pas empêché de me répondre et pour quoi je vous remercie.
Je comprends à présent nettement mieux ce que vous entendiez par effet de "liste", compte tenu des précisions que apportez.
Je vous rejoins de même lorsque vous évoquez la notion de narrateur omniscient. Et comme vous l'avez très finement remarqué il s'agit là d'une volonté de ma part !
Pour revenir sur ce point précis voulais-je vraiment, comme vous l'indiquez, empêcher le lecteur de se faire sa propre idée sur ce que pensent et ressentent les protagonistes de mes récits ? Je me permettrai de mettre en avant qu'il s'agit là de votre ressenti, que j'entends tout à fait et que je respecte. De même lorsque vous soulignez mes redondances littéraires.
Pourtant ma volonté n'est pas celle que vous évoquez : en effet cette position du narrateur omniscient, et je répète que je comprends tout à fait votre point de vue, n'empêche en rien la démarche à faire sien quel qu'élément d'un matériau littéraire.
Pourquoi ?
Pour ce qui me concerne un personnage n'est et ne restera à jamais qu'une fiction. A ce titre il n'existera jamais en-soi ni pour-soi, il est et restera INAUTHENTIQUE non parce qu'il ne paraitra pas "vraisemblable" mais se situera à l'opposé du sens étymologique de son antonyme, à savoir : sa certitude, ses valeurs, son fondement même sont attaquables.
Ainsi devenir omnipotent par rapport à ce même matériau littéraire - Diégèse, personnages, contextes, etc. -, est une démarche chez moi qui tendrait à "crédibiliser" cet aspect INAUTHENTIQUE.
Enfin quant à mes difficultés à prendre du recul sur ce que j'écris et auxquelles j'alludais dans mon premier commentaire sans doute aurais-je dû être plus précis les concernant ; ce qui démontre une nouvelle fois qu'écrire, expliquer signifie non seulement s'exposer aux regards, aux retours des autres mais entraine forcément non des clarifications mais la plupart du temps des confusions comme le laissait sous-entendre Jacques Lacan lorsqu'il affirmait de manière très ironique " ... ce que l'on appelle si gentiment la communication ..."
Alors cette "gentille communication" ne reste qu'une tentative de se faire entendre.
Et à mon tour j'entends bien ce que vous me dites : un lecteur privé finalement de se faire sa propre idée de ce que pensent et ressentent mes personnages, qui a du mal à se plonger dans mes récits entre autre aussi par leurs redondances. Et croyez-le bien si je vous dis que j'en suis désolé !
Je vous remercie une nouvelle fois d'avoir suscité cet échange instructif, intéressant et passionnant.
Bien à vous !

Publié le 02 Mars 2022

@Agostini Francois-Xavier
Bonsoir et merci pour votre commentaire pour lequel je devine d'emblée le registre de cette "bienveillance" que vous invoquez.
A ce propos et pour reprendre votre expression, je vous "permets" "tout" - J'ose l'écrire -, puisque vous vous situez sur le registre de la la cordialité et qu'après tout se confronter aux autres dans le cadre de la publication d'une œuvre littéraire et être lu donc, implique et sous-tend forcément les regards, les jugements, les retours de quelqu'ordre qu'ils soient sur ce que l'on produit d'un point de vue fictionnel.
En ce sens, je trouve votre "critique" à la fois constructive, détaillée et aimable.
Par contre, je ne partage pas forcément votre opinion lorsque vous affirmez que "plus de descriptions permettraient à mes récits de gagner en consistance."
En effet il me semble que ces quatre nouvelles regorgent sinon de descriptions, du moins donnent des détails tant pour ce qui relève de la diégèse pour reprendre le terme de Gérard Genette, que des décors plantés. Mais sans doute ai-je échoué ? ... Sans quoi vous n'auriez pas relevé ce point ...
De même je vous avoue que j'ai du mal à saisir ce que vous entendez par "l'effet de liste".
Enfin j'avance une hypothèse concernant les deux derniers points que j'ai évoqués ci-dessus :
- sans doute est-ce lié à la difficulté qui est la mienne à prendre du recul par rapport à ce que j'écris ? ! ...
Je reste à votre entière disposition pour en reparler afin d'approfondir ce sujet qui me semble vraiment important parce qu'au cœur même de l'écriture !
Quoiqu'il en soit je vous remercie à nouveau car dans l'ensemble je trouve que finalement beaucoup de choses positives émergent de vos propos même lorsqu'ils sont atténués et / ou formulés indirectement.
Bien à vous !

Publié le 28 Février 2022

@Agostini Francois-Xavier
Bonsoir et merci pour votre commentaire et votre note qui me flattent.
Depuis quelques jours - Ce que m'avait déjà suggéré madline -, je suis en train de faire ce que vous préconisez, à savoir une relecture.
Et vous avez bien raison, elle est plus que nécessaire : que de maladresses dans certains paragraphes dans leur rédaction, dans l'expression mais aussi dans la ponctuation et sans oublier des coquilles, ... Et même si ces nouvelles correspondaient à un besoin, à un sentiment d'urgence chez moi, il me reste encore bien du travail en vue !
Tant mieux, allais-je écrire !
De même je suivrai votre conseil concernant la SGDL.
Quant à une suite, pourquoi pas ? Vous venez de m'insuffler une excellente idée.
Encore merci.
Bien à vous !

Publié le 04 Février 2022
5
Bonjour excellent bien relire votre texte et le protéger à la SGDL. Courageux, la violence, j'en parle dans "Prophetia..." sur les maisons de retraite, mais aussi sur l'eugénisme qui se prépare à l'échelle mondiale pour réduire l'humanité. Bonne continuation, prévoyez une suite. En attendant bonne lecture à tous les auteurs libres COMME VOUS ET MOI sur monbestseller.
Publié le 04 Février 2022

@Ahmed Bouchikhi
Bonsoir et merci pour votre commentaire !
Bien à vous.

Publié le 03 Février 2022

@Russo l'art du court est parfaitement bien maîtrisé.Merci pour le partage.

Publié le 03 Février 2022
5
Waouhh. Je suis sans mots ! Oughhhh l’upercut. Vous nous avez travaillé pendant 12 rounds et au dernier, quand on croyait que le match était gagné, l’upercut. Art du scénario, des flash back à propos, des dialogues, des descriptions, des détails que l’on voit, ceux que vous nous laissez imaginer, de l’émotion qui déborde partout, du vrai, c’est violent. C’est violent votre monde, effectivement. (je persiste sur le fait de regrouper vos récits dans un recueil, c’est curieux de passer d’un monde à un autre, et comme ce n’est pas un livre papier, on ne le laisse pas sur sa table de nuit pour y revenir dans qqs jours. D’autant que là, vos récits sont suffisamment longs – surtout s’ils avaient une mise en page A5 ! – pour être présentés seuls, vous ne croyez pas ? D’autant plus que vos mondes violents sont si divers qu’on ne peut pas ne peut pas préférer un récit à un autre… …). Bravo, puissant.
Publié le 29 Janvier 2022

@madline
Bonsoir et merci pour votre commentaire.
Dans un premier temps je vous remercie de m'avoir fait remonter ces "quelques coquilles" auxquelles vous faites allusion et qui m'ont échappé malgré mes nombreuses relectures.
Je vais donc tâcher d'y remédier avec une énième et / ou ixième relecture ! Sic !
Ensuite je vous rejoins complètement pour la ponctuation : elle est l'esprit du texte. Je me permettrai de rajouter qu'elle en est aussi le squelette !
Cependant, sans vouloir me dédouaner de quoi que ce soit, je rejoins Hegel lorsqu'il écrivait qu'il est difficile d'exposer une idée, une pensée puisqu'elle est forcément obscure. D'où certainement la nécessité de se montrer le plus précis possible grâce à son usage.
Et peut-être en va-t-il de même pour ce qui concerne la narration ?
Merci encore vraiment pour votre intérêt, vos observations et remarques pertinentes qui me permettront - J'espère ! -, de progresser.
Bien à vous !

Publié le 16 Janvier 2022