In Excelsis

43 pages de galodarsac
In Excelsis galodarsac
Synopsis

Quelques poèmes du temps où j'étais pratiquant... Presque tous sont assez anciens, formant réflexion, prière ou louange.
Il n'est bien sûr pas nécessaire d'être croyant pour les lire, mais la foi, je pense, peut leur donner un petit plus...
Pax vobiscum !

Publié le 22 Juillet 2021

Les statistiques du livre

  459 Classement
  69 Lectures 30 jours
  1311 Lectures totales
  -91 Progression
  28 Téléchargement
  3 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

9 commentaires , 5 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@galodarsac
Merci pour l'explication sur les géants. J'ai relu Le chemin de Damas à la lueur de celle-ci. Les poésies sont emplies de mystères et de secrets !
Philippe

Publié le 01 Juillet 2022

@Philippe De Vos Merci beaucoup pour cette pluie d'étoiles.
Je fais effectivement partie de ceux qui suivent l’Église sur le fond (même si je ne suis plus pratiquant), tout en restant circonspect sur la forme. Concernant l'accident, effectivement je n'y fais pas explicitement référence à Dieu (je ne m'en étais même pas aperçu tans cela coule de source dans mon esprit), mais pour moi il s'agit d'un véritable miracle au vu des circonstances. Cela ne m'a pas fait plus croyant ni pratiquant, mais plus poète oui, car ce fut un des facteurs déclenchants de ma décision de terminer les dizaines de poèmes en cours, de les organiser, et enfin de les publier, tant que je suis de ce monde !
Les "géants" sont une allégorie des détenteurs de vérité vraie parmi lesquels j'ai passé mon enfance (en l'occurrence: les communistes), avant que le soleil ne vienne renverser "les geôliers d'absolu, les cavaliers de fer" et remettre à l'endroit le sillon détourné... et l'éveil au milieu du désert, ayant quitté tout ce que je connaissais pour découvrir ce que j'ignorais ! Difficile, mais quelle libération !
J'avais inventé la métaphore de la goutte et de la rivière pour expliquer aux incroyants qu'il n'y a pas de paradoxe entre la liberté qui nous est donnée et le destin commun où nous sommes appelés. L'idée de la versifier m'est venue naturellement !
Quant à Judas, vaste débat ! Mon avis personnel: il fallait nécessairement que quelqu'un trahît Jésus, sans quoi Sa mission ne pouvait être menée à bien. Destiner Judas à cela me semble contraire à l'amour de Dieu. Selon moi, Judas n'a pas été rendu mauvais pour trahir, mais a été choisi pour trahir parce que mauvais (ce que dit d'ailleurs l’Évangile). Quant à sa repentance, pourquoi pas, la question divise les théologiens et l’Église ne s'est jamais prononcée à ce sujet: un bon chrétien, je suppose, doit l'espérer...
Un grand merci à vous pour ce débat !
Bien à vous
-LGA

Publié le 30 Juin 2022
5
Pour écrire mon commentaire, je ne tenterai pas de rivaliser en poésie, trop difficile pour moi. Surtout si l'on veut être classique. Alors, ma prose dira simplement que je viens de passer un moment dans la lumière en vous lisant. Il s'y est glissé le doute, le renoncement, l'apostasie, l'appel, l'espérance… mais la lumière est restée allumée. La croyance en Dieu, celui des chrétiens, demande tant de travail sur soi ! Je comprends souvent ceux qui renoncent lorsque je regarde ceux qui suivent l'église. C'est tellement prenant ! Mais on peut aussi marcher à côté du chemin, c'est-à-dire dans la même direction, mais en s'octroyant de petites pauses, en marchant moins vite… Heureux, sans doute, ceux qui sont touchés par la foi sans tomber dans le fanatisme. Le poète que vous êtes en est un car vos vers sont nimbés de cette lumière dont vous parlez au début. Puis il y eut l'accident. Ai-je mal lu (c'est très possible) ou bien vous n'accordez pas à cette survie un signe de Dieu ? J'entends par là qu'il ne vous a pas fait plus croyant, plus pratiquant… peut-être plus poète, alors. Par la poésie, vous charriez vers nous cette lumière. C'est votre prosélytisme à vous. Je note aussi la présence de "fantômes", de "spectres", de "géants", éloignés des hommes, ceux-là (il me semble). Et puis il y a cette métaphore sur la goutte d'eau. Elle est solitaire mais pourtant fait partie d'un ruisseau, d'une rivière, d'un fleuve. Elle pénètre la terre ou va rejoindre la mer : les divers destins des hommes. Elle est aussi le cycle sans fin, le renouvellement éternel. Elle est la vie. L'humanité, c'est la vie. // Philippe // PS : sur Judas : Finalement, n'était-il pas destiné à trahir ? Ce qu'on lui reproche, ce n'est pas cette trahison inévitable, c'est de ne pas demander pardon et plutôt que cela, s'auto-punir par cette pendaison honteuse. Je me demande quand même s'il n'y avait pas de la repentance dans cet acte ultime.
Publié le 30 Juin 2022

@Damian Jade À poète, poète et demi ! Ce commentaire généreusement étoilé pourrait bien m'inspirer quelque sonnet, qui sait... Merci infiniment pour cette belle guirlande d'étoiles dont l'éclat, soyez-en sûr, passera au travers du nuage marseillais !
Bien à vous
-LGA

Publié le 21 Septembre 2021
5
Aujourd'hui est passé, dans le ciel marseillais, une étrange forme imposante et légère. J'ai vu mon espace s'assombrir un peu, et mes pensées s'éteindre. L'ambiance, tout autour, était à l'inquiétude non dite. Les autres âmes regardaient vers les cieux, sans oser y croire. Un nuage passait... Il me fallait vite recourir à un remède, une diversion, et me soulager de cette soudaine infortune. Fort heureusement, je me suis souvenu que la poésie m'avait toujours aidé à faire revenir le soleil dans ma vie. Et naturellement, je suis venu prendre un bain chez vous, là où les mots sont encore chauds de l'été, là où l'automne n'a pas encore fait tomber les feuilles de style.
Publié le 21 Septembre 2021

@Parthemise33 Mille mercis Parthémise, votre appréciation me va droit au cœur. Et votre citation de Corneille me rappelle qu'à ma grande honte, j'ai téléchargé cet ouvrage en 2013 et ne l'ai toujours pas ouvert... Quant à la foi, je ne l'ai pas perdue, seulement la pratique, mais par les temps qui courent je me boulotterais bien un jésuite en effet, les sacristains se faisant rares...
Je suis particulièrement sensible à votre accessit de diamant pour l'adaptation de Rutebeuf, exercice périlleux s'il en est, car comme on dit chez nos ancêtres communs "traduttore, traditore" ! Cela m'encourage à renouveler l'exercice, à l'occasion. Merci une fois encore, à bientôt très chère !

Publié le 18 Août 2021
5
@galodarsac « Quelles grâces, Seigneur, ne te dois-je point rendre À toi, ma seule gloire et mon unique bien ? Mais qui suis-je pour entreprendre D’élever mon esprit jusqu’à ton entretien ? » je vous offre quelques paroles de Corneille dans l’Imitation de J. C., pour vous remercier de cette agréable lecture. Vos poèmes ont une profondeur qui parle à l’âme. Il nous arrive à tous d’avoir une crise de foi. Et puis on boulotte un sacristain, ou un jésuite, et c’est reparti. Une petite préférence pour Le chemin de Damas et Le fleuve d’eau vive. Bien entendu, je vous délivre (je sais, c’est prétentieux et pour paraphraser le grand tragédien, qui suis-je pour délivrer quoi que ce soit ?) un accessit de diamant pour Ruteboeuf. Merci Bisous Merci, continuez à nous ravir.
Publié le 18 Août 2021

@Gaby Chantrie Merci beaucoup pour ce commentaire élogieux, en effet la musicalité était mon but, surtout dans la section des chants. Qu'on ait ou non la foi, il est un fait que les chants religieux transportent l'âme de qui les écoute, c'était mon cas bien avant que je ne la découvrisse. Belle journée à vous chère Gabie.

Publié le 17 Août 2021

Même s’il y a des sujets sur lesquels on se sent plus ou moins en écho, il y a une candeur dans ces mots rafraichissante. Et toujours cette musique que j’aime lire. Merci de ce divin partage.

Publié le 17 Août 2021

@Fernand Fallou Merci cher Fernand pour ces généreuses étoiles. Personnellement j'ai suivi le chemin inverse, ayant découvert la foi vers 25 ans, donc sans catéchisme (ce qui n'est peut-être pas plus mal...). Une dizaine d'années de pratique sérieuse s'en est suivie, qui a commencé à péricliter avec le début de la vie de famille, et qui est aujourd'hui au (très) ralenti... mais l'essentiel est de garder la foi, et je ne m'interdis pas de reprendre un jour le chemin de l'église... "nous voirons", pour reprendre votre belle formule !
Bien à vous
-LGA

Publié le 08 Août 2021
5
@galodarsac Mon Cher Léon, qu’on le veuille ou non, notre état d’esprit et notre capital culturel transparaissent à travers nos écrits. J’ai été enfant de chœur (quand j’étais enfant). Puis, je n’ai plus été enfant de chœur, mais il ne faut pas croire que l’on sort de cet état d’esprit du jour au lendemain. Personnellement, j’ai mis des années. J’ai aimé des textes comme ceux que vous avez écrits, j’en ai même chanté, j’en ai même écrit qui se sont perdus et c’est mieux comme ça. Bref ! Bravo pour ces beaux textes. Je me joins à @lamish pour vous dire « pax tecum itou » FF
Publié le 08 Août 2021

@lamish Chère Michèle, merci beaucoup pour cette pluie d'étoiles ! Surtout ne crains pas d'envahir ma page, te lire est toujours source de joie et matière à discussion enrichissante. Et si tu préfères en parler en privé ne te gêne pas non plus, ce sera un plaisir !
Amitiés

Publié le 26 Juillet 2021

@Trisha E. Merci beaucoup Trisha pour ce commentaire et ces étoiles. L'ex-voto est en effet un cri du cœur suite à un trépas manqué de très peu... et qui pousse à profiter de la vie sans plus se priver de rien !
Quant au "vieil language françoys" comme disait Villon, je l'ai découvert il y a trente ans avec Chrestien de Troyes et Rutebeuf, que de merveilles, quand on voit ce qu'est devenue la poésie aujourd'hui (d'où mon coup de gueule dans le "Manifeste" de Fumées et Mirages) !
Et si les chants vous inspirent une composition musicale, faites-vous plaisir c'est mon vœu le plus cher !
Bien à vous
-LGA

Publié le 23 Juillet 2021
5
Bonsoir@galodarsac première lecture et déjà je suis prise dans la musicalité de vos vers poignants et en même temps apaisants ! Je les relirai chacun tranquillement pour davantage les apprécier et à haute voix, comme lorsqu'on chante des cantiques ! Je retiens particulièrement votre Ex voto qui a une forte résonance en moi... "quand du trépas on approche la cime... je suis vivant ! " J'aime beaucoup lire le vieux français (F. Villon par exemple), aussi je suis ravie d'avoir lu la version originale de "la proiere Théophilus" de Rutebeuf et je vous remercie pour l'ensemble de cette douce lecture. Je vous souhaite une bonne fin de semaine. Bien cordialement.
Publié le 22 Juillet 2021