Le Chien et le Loup

7 pages de galodarsac
Le Chien et le Loup galodarsac
Synopsis

« Le Loup et le Chien », fable bien connue, est un
hymne à la liberté inconditionnelle. On sait que le
Loup, plutôt que de vivre enchaîné, préféra courir, et
court encore.
Mais ce que l’on sait moins, c’est que les deux bestiaux
se sont revus à notre époque, et bien des choses ont
changé...

Cette œuvre intègrera à terme le recueil "Fables et contrefables", que je vous invite à découvrir ou redécouvrir :)

Publié le 28 Août 2022

Les statistiques du livre

  232 Classement
  104 Lectures 30 jours
  620 Lectures totales
  -12 Progression
  23 Téléchargement
  0 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

23 commentaires , 11 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Merci beaucoup @Bahloul pour ce ciel étoilé. Ma muse est en effet bien inspirée, quand elle décide de s'y mettre !
Bien à vous
-LGA

Publié le 01 Novembre 2022
5
Bonsoir@ galodarsac: Bravo pour ces vers qui dégagent une belle musicalité ( sarcastique). Vous avez la muse fertile.
Publié le 01 Novembre 2022
3
@galodarsac Imaginez-vous que je fais la tournée des grands ducs ! Entendez que je visite celles et ceux qui ont eu la gentillesse de me laisser un commentaire. Toutefois, je n'ai aucune envie de jouer au renvoi d'ascenseur, ce jeu qui dévalorise tous les commentaires, qu'ils soient bons ou mauvais. Nous sommes assez adultes, n'est-ce pas ? pour ne pas nous prêter à ces simagrées-là. De plus, je veux qu'il soit bien entendu que l'avis qui va suivre n'appartient qu'à moi. Que, dès lors, il ne condamne en rien votre oeuvre, qu'il n'exprime qu'une opinion parmi d'autres et ne doit pas être apprécié autrement. Que de précautions oratoires ! me direz-vous. En effet, mais c'est parce que, bien que nouvelle sur monBestSeller, j'ai quand même eu le temps de comprendre que les susceptibilités étaient à vif sur le site. Bien, passons maintenant aux choses sérieuses (si on ose dire). Si je me montre avare en étoiles, c'est parce que, même si je reconnais l'ampleur de votre inspiration et la beauté de nombreux vers, je trouve que votre poème en contient beaucoup trop d'autres d'une méchante espèce. Je pense que cela vient en partie de ce que l'alexandrin, contrairement peut-être aux apparences, n'est pas le plus facile ni le plus maniable des vers. En effet, son rythme un peu lancinant peut facilement devenir soporifique et, ainsi, tromper même la vigilance de son auteur. C'est pourquoi, me semble-t-il, et peut-être contrairement à beaucoup d'autres (ce qui demeurerait à prouver !), l'alexandrin est le vers qui souffre le plus d'une construction et d'une prosodie qui ne seraient pas parfaites. Voilà. J'ose espérer que vous recevrez ce commentaire pour ce qu'il est, c'est-à-dire une simple opinion sans arrière-pensées, et qu'il n'interdira pas d'autres possibles échanges. Bien à vous.
Publié le 14 Septembre 2022

Chère @Chanelle75, vos commentaires et vos étoiles sont toujours un moment de bonheur. Merci beaucoup pour tous ces éloges. N'hésitez jamais à écrire, diapason ou pas. Je sais bien qu'avec un sujet comme celui-là, il ne peut pas y avoir unanimité. Mais l'important, c'est la rime, comme aurait pu chanter un poète bien connu !
Merci encore pour cette pluie d'étoiles, et à très bientôt.
Bien à vous
-LGA

Publié le 09 Septembre 2022
5
Je suis sous le charme complet de votre plume. Celle-ci est légère et profonde à la fois. Je ne suis point là pour juger mais pour écouter lire et savourer la justesse des mots que vous employez car ils sonnent à mes oreilles un son juste et mélodieux tant ils sont emprunts de réalité. Sur le moment j'avoue avoir hésité à vous écrire car j'aurais tant aimé être sur votre diapason mais je n'en ai pas les moyens. C'est toujours un réel plaisir de vous lire Chanelle
Publié le 09 Septembre 2022

@Parthemise33 Merci infiniment Annie pour ce firmament étoilé! La Fontaine serait bien inspiré s'il revenait de nos jours, car la plupart de ses fables pourraient être revisitées dans un sens complètement inversé par rapport à celui qu'il nous donnait (j'ai d'ailleurs en projet quelques-unes desdites fables, ou en l'occurrence contrefables, mais ce n'est pas pour tout de suite !)
Un jour viendra, espérons-le, où les loups se réveilleront et se remettront à mordre !

Publié le 06 Septembre 2022
5
@Galodarsac Liberté, liberté chérie ! Quelle belle suite à La Fontaine, vous nous faites partager. Vous maniez les vers avec une élégance et une virtuosité qui m’épatationnent . Tout est précis, à la fois léger et profond. Votre fable des louveteaux, formidablement bien tournée, est totalement dans l’actualité. Ce matin, dans le tram, j’ai vu nos louveteaux modernes accrochés à leur iPhone. Ils m’ont semblé enchainés, virtuellement certes, mais enchaînés et consentants tout de même. À part l’ermite des collines, je ne vois personne de vraiment libre autour de moi. Rares sont les SDF qui ont choisi de leur plein gré de vivre en appliquant la philosophie du Loup. Liberté, servitude consentie, il y a de quoi animer les soirées entre amis. Merci Bisous Merci pour cette fable qui conductionne à la réflexitude.
Publié le 06 Septembre 2022

@Dick C. Merci beaucoup Fanny, si vous êtes triste j'espère au moins vous avoir déridée le temps de cette fable, qui, si je comprends qu'elle fasse polémique, se veut avant tout, et c'est un trait commun dans toute mon œuvre, un divertissement.
Ne pas les laisser gagner ? Ah, j'ai bien peur que cela ne dépende pas que de moi :) Mais je participe, à mon humble échelle. Qui vivra verra !
Je continuerai, c'est promis, dans mon art et avec le sourire (car sans sourire les vers perdent en qualité). Ma prochaine publication devrait être moins sujette à polémique, mais ce n'est pas pour tout de suite.
Quant à avoir plusieurs comptes, ce n'est pas un problème tant que les choses sont claires.
Bien à vous
-LGA

Publié le 04 Septembre 2022

@Michel Eyquem Effectivement c'est entre autres votre présence simultanée sur plusieurs pages qui m'a induit en erreur, ajouté au fait que l'intéressé n'a pas démenti. Mais bon passons, ce monsieur n'est pour moi un sujet ni de préoccupation ni de conversation.
Je vous remercie encore pour vos compliments ainsi que pour votre réponse. Et je vous en prie, ne la retirez pas: loin d'encombrer ma page, elle pourra éventuellement détromper d'autres auteurs qui risqueraient la même confusion.
Vive la poésie, et la lettre, et le vers !
Bien à vous
-LGA

Publié le 04 Septembre 2022

@Fernand Fallou Merci cher Fernand, ces étoiles m'illuminent les yeux autant que ma page. Certes la liberté mène à la mort, soit lorsqu’on doit la (re)conquérir, soit lorsque, la considérant à tort comme acquise, on s'endort dessus et de facto on commence à la perdre (car les enchaîneurs ne désarmeront jamais). Par contre, liberté et anarchie ne sont pas synonymes, la seconde étant simplement un autre nom de la loi du plus fort. Mais c'est la vie et, comme le disait le regretté Desproges, "de toutes façons nos n'en sortirons pas vivants !".

Publié le 04 Septembre 2022
5
Bonjour@galodarsac cher Léon, si vous saviez combien je suis triste ! et s'il vous plaît continuez de publier vos admirables poèmes et textes. De grâce, ne les laissez pas gagner ! Vous avez lu ma satire et je pense n'avoir guère exagéré. Je vous souhaite une bonne continuation dans votre art, dans la sérénité et toujours avec votre sourire et vous dis à bientôt. Promis ? Et vive la poésie et la littérature qui ne peuvent exister sans la liberté d'expression. Fanny (oui, j'ai 2 comptes et je ne m'en cache pas).
Publié le 04 Septembre 2022
5
@galodarsac Mon cher Léon, comme tu le dis, d’accord ou pas d’accord avec l’idée que transporte l’œuvre, on ne peut être qu’ébloui par ton texte. La liberté au sens propre du terme est un synonyme de l’anarchie et les deux idées mènent au même endroit : à la mort. En ce qui concerne ton texte, je suis épaté et je n’ai qu’un mot Bravo !
Publié le 04 Septembre 2022

@Michel Eyquem Pardonnez ma méprise, la tactique du faux-nez est tellement familière de messieurs Pouffe/Madline/Troll Savant (et tant d'autres pseudos) que j'avais cru qu'il s'agissait d'une énième tentative de manipulation de sa part. Mais si je me suis trompé vous m'en voyez navré.
Sachez que si vos compliments étaient sincères, mes excuses le sont tout autant que mes remerciements.
Vive la littérature, vive la poésie !
-LGA

Publié le 03 Septembre 2022

@Pierre-Jean LAURIER Ah désolé, je n'avais pas remarqué cette inversion de prénoms ;)
Je vais de ce pas me replonger dans "quelques-uns" !
Bien à vous

Publié le 01 Septembre 2022

@Erzébeth Pouffe

Cher Monsieur, vous vient-il seulement à l'esprit
Que, loin d'être mépris, parfois notre silence
N'est que la marque d'un désintérêt immense
Que traduirait fort mal n'importe quel écrit?

Vous pouvez constater qu'écrivant sans répit
J'ai répondu céans, en toute conscience,
À des critiques qui, semblant sans indulgence,
Vous eussent suscité que colère et dépit.

Mais que j'ai dédaigné la fausse dithyrambe
Adressée ici-même et par-dessus la jambe
Par vous-même planqué sous un nouveau faux-nez.

Je vous ai fait l'honneur de ce sonnet unique,
Veuillez prendre ces vers comme ultime réplique :
Car ce sont les derniers que de moi vous lirez.

Serviteur.

Publié le 01 Septembre 2022

Cher @galodarsac, le recueil " Quelques-uns " est toujours en ligne sous le nom de Jean-Pierre ( "Quelques autres", c'est Pierre-Jean qui l'a publié ! ) LAURIER...Les "uns " JP, les autres " PJ " !...Les âmes se vendent parfois très cher...mais pas la mienne !...clin d'œil !

Publié le 01 Septembre 2022

Cher @galodarsac, le recueil " Quelques-uns " est toujours en ligne sous le nom de Jean-Pierre ( "Quelques autres", c'est Pierre-Jean qui l'a publié ! ) LAURIER...Les "uns " JP, les autres " PJ " !...Les âmes se vendent parfois très cher...mais pas la mienne !...clin d'œil !

Publié le 01 Septembre 2022

@Pierre d'Arlet Merci pour ces précisions, je comprends votre position. Pour ma part, je m'efforce toujours (sans prétendre y parvenir complètement) de dissocier mon appréciation sur une œuvre en tant que telle (qui peut être objective: forme, technicité verbale, construction etc.) et le regard que je porte sur les idées qu'elle véhiculent (qui est forcément subjectif). Pour prendre deux exemples extrêmes, je n'adhère pas aux idées exprimées par Zola ou Céline, ni même Voltaire, mais s'ils mettaient leurs œuvres sur MBS je ne pourrais pas faire autrement que leur décerner 5 étoiles... puis, si nécessaire, ouvrir le débat sur le fond.
Bien sûr ce n'est que mon point de vue et je conçois bien qu'il ne puisse pas être universel !
Mais c'est normal, c'est canin :)
Bien à vous

Publié le 01 Septembre 2022

@Michèle C. Mille mercis Michèle, ces étoiles illuminent mon ciel autant qu'elles me réjouissent le cœur !
Je te retrouve en MP pour la suite du débat ;)
À très vite
Bien à toi

Publié le 01 Septembre 2022

@Pierre-Jean LAURIER Merci beaucoup Jean-Pierre pour ce commentaire élogieux. J'ai voulu relire ce poème dont vous parlez, mais il semble que le recueil ait disparu ?
Quoi qu'il en soit, vous avez sans doute raison pour la longueur, il faut que j'apprenne à résumer, sinon le lecteur perd le fil.
Bien à vous
-LGA

Publié le 31 Août 2022

Humblement mais alors très humblement, je rapproche cette dénonciation sur notre société, d'un poème intitulé " Le prix d'une âme " ( dans le petit recueil " Quelques-uns " ) bien sûr beaucoup plus court et bourré de " fautes de poésie "...
Ce que j'en pense ?... vraiment très bien écrit mais trop long pour moi qui aime les histoires courtes...vous avez l'alexandrin facile mais on les lit comme un roman ( avec du rythme quand même )...Bravo pour cette performance

Publié le 31 Août 2022
5
@galodarsac 5 étoiles pour récompenser l'oeuvre, l'aisance dans un style poétique très ardu ; adoucir ton désappointement itou ;-). /// Les idées, ce sera en MP. /// Merci pour le partage et bonne fin de journée, Michèle
Publié le 31 Août 2022

@galodarsac
Je partage l'admiration de Michel Eyquem pour votre facilité à construire une réponse aussi parfaite en si peu de temps. Il n'y a même pas une césure approximative à corriger !
Pour la fable du chien et du loup, je mettrais 10 étoiles pour la forme si c'était possible, tandis que je n'adhère pas à certaines des idées qu'elle propose, comme dans vos deux derniers vers qui sont un véritable appel à l'émeute !
Vous écrivez "Les étoiles récompensent une œuvre, et non point des idées," mais une œuvre littéraire sans idées, ça n'existe pas ! (Encore qu'on trouve sur mBs des trucs qui ne veulent rien dire, mais on ne peut pas les qualifier d' "œuvres"...)
J'apprécie beaucoup la quasi-totalité de vos poésies, mais pas celle-là, j'en suis sincèrement désolé.
Bien à vous

Publié le 30 Août 2022

@Pierre d'Arlet
Avant que sur le fond ici je vous réponde,
C'est la troisième fois, et non point la seconde :
Une fable d'abord, ensuite un court récit
Qui pour être bâclé n'en fut pas moins écrit :)

Bien. Ayant dit cela, malgré cet astre unique
Que je vois là briller, aussitôt je réplique
Et sans plus m'attarder tapotant des deux mains
Je fais une réponse à vos alexandrins

(Qui soit dit en passant sont de forme impeccable
Et font honneur à qui les forgea sur sa table.)

Le respect de la loi qui protège le clan
C'est la liberté même, et plus précisément:
Par ce code encadrée, au groupe nécessaire,
La meute souveraine évolue et prospère.

Mais laissons promener ces braves animaux
Et voyons les humains, car la fable et ses mots
Sont faits, nous le savons, afin de les instruire:
Et c'est ce sentiment que ma muse m'inspire.

La politique ici n'est point à son endroit,
Comme vous l'avez dit par d'autres mots que moi.
Mais les fondamentaux, les lemmes et principes
Que nous portons, humains, au plus profond des tripes

Ne sauraient point souffrir qu'on les abandonnât
Et c'est précisément le sens de ce combat:
Refuser que quiconque, un jeune ou vieux monarque,
Démocrate ou tyran, au loin ne les embarque

Et sous quelque prétexte inventé de son cru
Ne nous mette au licol comme un troupeau déchu.
Notre servilité, c'est ça qui m'inquiète.
Ne soyons pas ces chiens qu'au susucre on achète.

Cela n'a rien à voir avec ce Président:
J'en dirais tout autant d'un autre dirigeant
Qui tenterait de faire une chose semblable.
L'esprit de liberté n'est pas négociable.

Enfin je conclurai ce long fleuve rimé
En me reconnaissant un peu désappointé
Qu'un simple désaccord ait éteint vos étoiles:
Car à cette aulne-là, beaucoup mettraient les voiles

Et laisseraient déserts bien des livres d'auteurs,
Et décourageraient sitôt les amateurs !
Non, les étoiles sont de chaleureux trophées
Récompensant une œuvre, et non point des idées.

Bien à vous
-LGA

Publié le 29 Août 2022

@Hildegarde Pouffe "Ne point s'arrêter que" (ça marche aussi avec quelques autres verbes) est une tournure usitée dès le XVIième siècle, et que vient renforcer la conjonction. Pas très courante, je vous l'accorde. Et un peu passéiste, mais je le suis aussi.
Pour éclairer votre lanterne, la licence poétique est régie par des règles qu'il serait trop long d'expliquer ici mais que vous trouverez aisément sur le net.
Rassurez-vous je sais parfaitement ce que signifie apartheid, mais je me demande si vous connaissez le sens du mot rassis.
Enfin, ce que j'en dis...
Serviteur.

Publié le 29 Août 2022

@Catarina Viti C'est exactement ça, certains pleurent, d'autres s'indiffèrent tandis qu'un petit nombre bafoue impunément... Et qui se lève ? Quelques dinosaures, ceux qui ont connu "un autre temps", autre chose que la bouillie de la pensée unique et la sainte inquisition du Camp du Bien...
Je ne connaissais pas cette expression de "nouveau peuple", mais elle vient fort à propos, tant il semble que l'Histoire marque un tournant.
Si les loups se mettaient à grogner et à marcher sur la plaine, peut-être que, par un prompt renfort, ils viendraient renverser cette ambiance de mort :)
Par la même, occasion, merci pour vos compliments sur mes vers. Paradoxalement, je m'y sens plus à l'aise qu'en prose !
Bien à vous
-LGA

Publié le 29 Août 2022
1
@galodarsac C’est la seconde fois, si ma mémoire est bonne Que votre plume exprime, et que Dieu vous pardonne, La haine viscérale et le ressentiment Que provoque chez vous ce jeune président. Les loups vivent en groupe et s’ils n’ont pas de laisse Obéissent quand même sans qu’il y paraisse Aux lois que leur instinct fait régner sur le clan. Leur pseudo liberté n’est donc qu’un faux-semblant. Certes la forme est bonne et la rime parfaite, Mais le fond de l’histoire à vrai dire inquiète. Il faudrait à coup sûr parler de libertés, Mot qui ne rime pas avec « illimités ». Ce site n’étant pas un endroit politique Je me garde d’ouvrir semblable polémique, A l’auteur je suggère un tout nouveau projet : Que son talent s’exprime en un autre sujet. Qu’il propose des lois qui régissent la France Assurant à chacun une douce existence, Pendant que son grand loup, en bon explorateur, Recherchera pour nous l’adresse du bonheur. Plutôt que de hurler des appels à l’émeute, Qu’il renonce à vouloir ainsi lâcher la meute, Car on sait que souvent, sur de nombreux rivages, Il n’y a plus de laisse, Il n’y a que des cages.
Publié le 29 Août 2022

Merci, Léon, pour ce partage et cette réflexion. Une partie de la société (du moins, celle que nous connaissons) se désespère de la perte de la "liberté", pendant qu'une autre lui tourne gaiement le dos.
Je me demande ce que nous mettons dans ce mot "liberté" lorsque nous l'employons. Et, de fil en aiguille, je me demande s'il y a encore quelque chose dans cette enveloppe ou si, au contraire, elle est vide depuis fort longtemps.
Cela expliquerait que la "jeunesse" (je viens de découvrir l'expression "nouveau peuple" - dénomination issue de la sociologie, laquelle part du principe que chaque génération représente un peuple nouveau, et j'aime bien cette expression car elle me donne l'impression de traduire mon sentiment d'étrangeté devant les évolutions de la société. Fin de la parenthèse), cela expliquerait donc que le "nouveau peuple" se désintéresse si facilement de ce qui ne serait que "nos simagrées devant une enveloppe vide".
Prenez cela comme un échange de point de vue, rien d'autre. Et merci encore pour le partage et pour votre travail... pas évident, l'écriture en vers.

Publié le 29 Août 2022

@FANNY DUMOND Merci Fanny pour toutes ces étoiles ! Il n'est jamais trop tard certes, mais c'est surtout la docilité de la jeunesse qui m'inquiète, elle n'a plus de repères (ce qui est voulu depuis des lustres par les dirigeants) et se retrouve donc malléable et formatable à merci. Je m'en suis rendu compte lors de la triste période de l'apartheid sanitaire, les seuls à bouger étaient les gens de notre génération. Sachant que cet apartheid va revenir très bientôt sous forme énergétique, je crains que ça ne soit exactement la même chose ! Enfin, qui vivra verra.
Bien à vous
-LGA

Publié le 29 Août 2022
5
Bonsoir@Galodarsac Hélas oui, toujours et encore davantage d'actualité après " le discours de la servitude volontaire " de La Boétie et les fables de Jean de La Fontaine. Nous nous sommes endormis sur nos lauriers, laissés porter par le courant du soi-disant progrès, croyant que les acquis de haute lutte de nos aînés lointains étaient immuables. Nous n'avons pas vu que nos laisses se rétrécissaient chaque jour plus, lentement, mais sûrement. Je suis âgée et triste à pleurer pour les générations futures. Merci beaucoup à vous Léon pour votre engagement, car c'est par des plumes audacieuses comme la vôtre que l'on peut éveiller les consciences. Il n'est jamais trop tard, n'est-ce pas ? Je ne sais pas, je suis perdue, bien que je garde encore l'espoir d'un monde meilleur ! Bonne soirée à vous. Fanny
Publié le 28 Août 2022

@Philippe De Vos Merci beaucoup Philippe pour ce ciel étoilé !
Eh oui, nous sommes à l'ère de la liberté conditionnelle, si j'ose dire, distillée au compte-gouttes et qui gangrène peu à peu les esprits... Si cette fable peut servir à en réveiller un ou deux, elle aura atteint son objectif !
Bien à vous
-LGA

Publié le 28 Août 2022

@Lucas Belmont3 Un grand merci Lucas pour cette pluie d'étoiles ! Une fable indémodable oui (j'allais dire hélas !), et qui pourra se décliner à toutes les époques.
Je noircis peut-être un peu le tableau (j'espère), mais il est patent qu'il y a là un fond de vérité !
Bien à vous
-LGA

Publié le 28 Août 2022
5
Il fut un temps un temps où l'on se battait pour la liberté. L'intelligence du politique a transformé la liberté en Des Libertés. Si bien que chacun s'y retrouve un peu quelque part. Maître Macqueron a sans doute cela en tête. Il ne peut pas priver ses chiens ou ses loups totalement de Liberté, alors il leur octroie quelques libertés de-ci, de-là. Un jour, peut-être , tout sera mis au pluriel ; Libertés - Égalités - Fraternités. On morcelle, et tout va bien. On donne un peu à chaque individu pour soumettre le collectif. C'est à cela que votre jolie fable me fait penser, cher poète. Et chacun accepte le harnais, puisque la laisse est assez longue. Philippe
Publié le 28 Août 2022
5
Allégorie de l'autocratie et de l'éloge de la soumission, qui, comme toute bonne allégorie, souligne le mauvais chemin emprunté et l'illusion du bonheur. Une fable qui ne peut se démoder, et perdure sous votre plume. À la maîtrise du vers s'ajoute l'émotion de la défaite et l'appel du poète, entendez-le braves gens...
Publié le 28 Août 2022