Monique Louicellier

Biographie

Je remplirai ma biographie plus tard, quand j'aurai aussi ma date de décès...
Ah une chose cependant, si vous ne voulez pas hâter l'achèvement de ma bio, voilà : j'ai d'adorables chats de sauvetage, certains déjà depuis longtemps avec moi, qui ont besoin d'un humain très attentionné pour eux seuls.
Stérilisés, tatoués, deux femelles, un couple de mâles et un binôme fraternel.
Je les placerais en priorité en Bourgogne, entre Autun et Nevers...
NB : J'ai d'énormes dettes de lecture et je réponds avec du retard, pardonnez-moi...
NB bis : Naissance en 66, négligence familiale doublée de harcèlement scolaire, mise à la rue après mon bac, reprise d'études à Genève en travaillant à côté, hypersensible...

Monique Louicellier a noté ces livres

5
@ANTALL Bonjour Norin, faudra m'excuser, je sélectionne les textes courts ! Ah oui, pas mal du tout cette histoire de réincarnation, avec une écriture métallique, qui aboie ou qui récolte ce qui crie, qui largue aisément la narration, un univers futuriste... L'inverse de mon écriture, du moins je l'analyse ainsi, mais je ne sais pas si c'est pertinent. Bonne année !
Publié le 13 Janvier 2023
5
@Antar Abdelaziz Cher Monsieur, votre roman est très bien écrit et l'intrigue nous tient en haleine, sans incohérence ni pause aucune. On rêve d'en apprendre davantage sur les évênements, sur les comportements, sur l'histoire algérienne que vous décrivez et bien entendu sur l'énigme autour de Malika. Quel sera son destin, quel sera le destin de Farid ? Deux courageux personnages qui ne se battent pas avec des armes mais avec leur liberté d'esprit, malgré le péril de la mort et des tortures, malgré la soumission par la peur, contagieuse et normative, de la majorité des gens dans une dictature ou dans un pays affaibli ou victime d'appétits voraces, où plus personne ne peut garantir les droits des individus ! Bien entendu, la violence décrite n'est pas évidente à lire, mais on sait bien qu'en majorité, l'humain n'a pas réussi à créer des sociétés indemnes de violences hélas ! Bravo, je n'ai pu faute de temps que lire jusqu'à la page 50. Mais je reviendrai (j'ai une longue liste à lire). Merci pour cet ouvrage passionnant !
Publié le 13 Janvier 2023
5
@Patrick Le Tiec Bonjour et bonne année ! Comme c'est mon anniversaire aujourd'hui et que j'en suis à ma deuxième crême au chocolat avec le cidre paysan qui a explosé partout, y compris sur mon clavier étanche (ah, ah, j'avais tout prévu !), rompant ainsi tous mes serments de diète et de bon sommeil, car il est quand même 3 h 30 du matin,, et alors même que j'ai tenté fort de résister, car je suis trop grosse, la rupture de la digue n'en étant que plus spectaculaire, péchant par lecture abusive également, ayant vu votre livre co-écrit avec votre arrière-grand-Ma, je ne peux que vous envoyer le max d'étoiles pour vous récompenser de la transmission faite des vaillants efforts aux fourneaux de votre aïeule !!! Chère pinmprenelle que vous embrasserez pour moi... NB : Mais parce qu'avec moi, c'est jamais tout cadeau, pourquoi ne pas prendre le temps de collectionner des photos de de la Belle Epoque, voire celles de préparations maisons à l'ancienne authentiques dans nos campagnes qui y ressembleraient ? Et refaire un autre guide avec l'histoire des gens, leur photo à coté de celles de leurs petites boissons ou préparations fétiches... J'ai la chance d'avoir des amis âgés qui font tout eux-mêmes selon des anciennes recettes et qui ont une cave bien fournie, peut-être en avez-vous aussi près de chez vous ?
Publié le 12 Janvier 2023
5
@galodarsac Salut ! Bonne année ! Voyant la colère de Pierre d'Arlet en réaction à mon commentaire, et ne sachant quoi faire au mieux pour sauver son âme et la mienne, j'ai vu sa dernière note assez basse sur votre petite fable ! Tiens donc ! Eh bien elle me plait énormément, celle-ci, sans m'amuser à chercher où se trouvent les coupures et les vers, elle sonne simplement génialement à mes oreilles. Quant au sujet, il est parfait et dans la veine de Lafontaine ! De même pour le rythme, les dénouements de l'histoire et mon accord plus qu'enthousiaste à sa morale ! Bravo ! Du coup, je crois que je ne vais pas remonter les étoiles de Monsieur Pierre d'Arlet... Oh, non, le pauvre... Allez, une prière pour les grivois, qu'ils s'attachent plutôt au sens de la vie, en feriez-vous donc partie ? De la grivoiserie... NB : S'il y a des rimes, elles sont involontaires, zut, il va falloir que je fasse attention de n'en point faire... Surtout qu'elles seront moches... Ca recommence... Une solution, je vais écrire en suisse et ajouter des ou bien ? derrière chaque phrase, hein, c'est pas mal, ça, ou bien ?
Publié le 11 Janvier 2023
4
@Jacques Heitz Cher Jacques, Je viens de lire jusqu'en page 15, toujours par manque de temps et je modifie hélas ma note pour un 4. En effet les deux premières pages sont bien, l'intrigue semble alléchante, mais il y a de nombreuses fautes dans le formatage du texte, virgules oubliées, espaces, longs dialogues en italique, qui sentent l'improvisation. Ce ne serait pas le pire, si effectivement le narratif n'était pas si pressé, faisant l'impasse sur le réalisme, par exemple, les considérations à la limite du paranoïaque du diplomate, contrastent avec sa volonté de venir et son acceptation de cet hébergement à priori imprévu. Les dialogues ne semblent pas plus réalistes, trop de confidences sur la musique alors que ces personnes ne devraient être encore qu'à s'étudier. Ensuite, pourquoi au bout de 5 minutes d'échanges, la dame réciterait-elle à son invité un traité d'histoire ? Le vocabulaire, les tournures d'esprit et de phrases ne sont pas ceux qu'on pourrait en attendre d'un haut diplomate et d'une aristocrate qui se rencontrent. Et même si justement, d'après mon expérience, les aristocrates que j'ai rencontrés, que j'ai connu leur qualité par avance ou pas, étaient tous très simples, terriens, par contre ils ne parlaient et n'auraient jamais parlé de leur famille, comme un historien serait tenté de le faire, tout simplement parce qu'il s'agit de leur famille et qu'accessoirement nous ne sommes plus en monarchie ! Ils n'ont jamais fait l'étalage de leur noblesse, certains cachent même leur particule, mais ils ont par contre tous reçu une éducation religieuse, fruit d'une longue tradition et du fait que la noblesse était au départ une qualité accordée par Dieu, ils ont souvent été enrôlés chez les scouts, ont eu une éducation soignée, et même si certains ont pu perdre la foi entre-temps et faire diverses expériences, je ne pense pas que ce formatage de départ les incite à parler érotisme à un parfait inconnu, à propos de ses ancêtres et surtout à un frère potentiel ! Le passage direct au tutoiement de la part du diplomate, avant même qu'il ne connaisse le fin mot de l'histoire, ne me semble pas plus réaliste. Bref, tout ce qui hélas ne semble pas réaliste et va trop vite en besogne, en oubliant que les personnages ne se connaissent pas, plombe donc le suspense et la note. En espérant que ce commentaire soit constructif.
Publié le 10 Janvier 2023

Pages